Recherche sur le site avec : Google
 
 
Vassula
 
 

Sulema
(Québec : Sherbrooke)

Site Internet :
https://illuminationdelaconscience.wordpress.com/

 
 
        Les enfants de Dieu et de l’Église qui sont restés éveillés se rendent bien compte de la montée en puissance de l’apostasie parmi les baptisés. Les valeurs traditionnelles s’estompent. La référence à la loi naturelle (synonyme des 10 commandements) est combattue par les mordus du rationalisme…
        Certains médias dominants influencent les esprits et manifestent une agressivité de plus en plus grande envers l’Église catholique qui les dérange et les contredit. Or, la Parole de Dieu en saint Paul nous dit qu’il y aura deux signes qui précéderont la venue de Notre Seigneur Jésus Christ et notre rassemblement auprès de Lui : l’apostasie et l’homme impie (2Th 2,1-4).

        L’apostasie s’est manifestée tout au long de l’histoire, sous des formes plutôt larvées, mais cette fois, nous dit la Vierge Marie, nous sommes entrées dans « la grande apostasie » :
« Heureux êtes-vous, mes enfants, si vous arrivez à rester éveillés dans la prière en cette nuit si profonde de la grande apostasie. Vous serez dignes de paraître debout devant le Fils de l’homme quand vous allez entrer dans ce mouvement de la miséricorde de Dieu, l’illumination des consciences. »
                                                                            Marie, Reine de la paix (26 novembre 2011).

        L’apostasie est donc l’un des signes annonciateurs de la proche venue du Fils de l’homme sur les nuées ! Pour cette rencontre, il faut se préparer. Depuis bien longtemps, nous sommes au fait des appels du Ciel à la prière, à la pénitence, aux sacrifices. Cette fois, le Ciel nous présente un manuel pour nous préparer à passer ce cap unique dans l’histoire de l’humanité, « l’illumination des consciences ». Il décrit les diverses étapes de ce temps de la fin des temps, avec tous les derniers conseils pour bien passer ces heures graves… jusqu’à l’entrée dans l’ère de paix où Jésus règnera et son Père sera glorifié. Vu l’état du monde et la grande pauvreté de l’Église face aux puissances des ténèbres, le Seigneur va venir se manifester à chacun en particulier. Chacun devra faire son choix définitif. Par la suite, il devra en assumer les conséquences.

        Marie dit à Sulema : « Oui, mon enfant, tu dois te préparer à vivre ce changement que les enfants de lumière vont vivre d’une façon spéciale. Ce sera un événement pour tous les enfants de la terre, mais vous, vous allez le vivre d’une façon différente. Ce qui pour les autres sera une occasion de confusion, de peur, de détresse, de grande crainte, sera pour vous la joie de sentir et d’entrevoir Celui que votre coeur aime. Oui, je te parle de l’illumination des consciences, ce que d’autres appellent l’avertissement.
»
                                                                                    Marie, Reine de la paix (8 janvier 2011).
 
                            
 
Ligne
 
 
 
Vidéo de la conférence de Sulema et Sabino, le 15 novembre 2012 en l’Église Sainte Geneviève à Sainte Foy, au Québec :
 
vidéo1 Vidéo2 Vidéo3 Vidéo4  Video6
Partie 1            Partie 2            Partie 3            Partie 4            Partie 5            Partie 6
 
Téléchargement
 
                            
 
Ligne
 
 
 

Heaven is real but so is hell

Décembre 2012

Extraits
ci-dessous

Dédicace

        En action de grâce au Père Eternel pour ce livre qui est un cadeau de Jésus et de Maman Marie à ses enfants, pour leur apprendre à mieux se préparer pour les événements à venir.
        Pour la Gloire de Dieu le Père.

Prologue

        « Heureux êtes-vous, mes enfants, si vous arrivez à rester éveillés dans la prière en cette nuit si profonde de la grande apostasie. Vous serez dignes de paraître debout devant le Fils de l’homme quand vous allez entrer dans ce mouvement de la Miséricorde de Dieu, l’illumination des consciences. »
                                                                                                                Marie, Reine de la paix
                                                                                                                26 novembre 2011

Préfaces

I

        Chers lecteurs et lectrices,

        Après avoir lu ces courts messages d’amour et de tendresse, je constate qu’il n’y a pas d’affirmation contraire à la foi catholique et que la finalité de ces inspirations nous aident à nous tourner vers Dieu.
        Le chemin que le Seigneur nous propose est un chemin d’amour et d’abandon à la Volonté du Père, en passant par la Vierge Marie qui nous fait comprendre la grandeur et la valeur de la souffrance offerte à Jésus qui nous conduit à la croix, source de joie et d’espérance qui est le vrai chemin de conversion.
        C’est aussi une constante invitation à répondre aux appels continuels de Jésus et de notre bonne Maman du Ciel, Maman Marie, que sont les sacrements, la prière, l’adoration, le jeûne et la charité.
        J’ai trouvé qu’à chaque invitation à la conversion, le Ciel nous bénit ; profitions de cette bénédiction trinitaire et mariale pour y puiser les grâces dont nous avons besoin.

Père J. Rubén Riveros, prêtre
St-Étienne de Bolton, QC

II

        En lisant ce volume, on pourrait se dire : pas encore une personne qui reçoit des messages du Ciel !
        Eh oui ! Dieu, dans sa bonté et sa miséricorde, ne cesse de se choisir des témoins pour réveiller ses enfants qui se sont endormis et qui ne savent plus pourquoi ils sont sur la terre. La situation ressemble au temps de Noé : on fêtait, on mangeait, on buvait sans se préoccuper d’écouter l’appel de Dieu à la conversion.
        Beaucoup de gens croient que l’Église vit ses derniers moments. Tout semble s’écrouler, mais le Seigneur a promis d’être avec elle jusqu’à la fin des temps. Je le crois profondément ; Il le fera car Il est toujours fidèle à ses promesses. L’Église doit passer par son Vendredi saint afin de vivre le dimanche de Pâques.
        Ces messages sont remplis de fraîcheur et ne cessent d’inviter à la prière, à la conversion, aux sacrements du pardon et de l’Eucharistie. En effet, l’amour s’est refroidi ; un peu partout dans le monde, nous voyons la violence se répandre. Dieu souffre de voir ainsi ses enfants s’entredéchirer. Le remède à cette situation : lever les yeux vers Dieu, demander la Lumière de son Esprit. En recevant cette Lumière, comme saint Paul, des écailles tomberont de nos yeux pour que nous puissions mieux voir et mieux vivre.
        Rappelons-nous la grande ville de Ninive qui s’est convertie suite à la proclamation de Jonas. La miséricorde de Dieu est toujours à l’oeuvre. Des Jonas sont là un peu partout dans le monde. Ils parlent avec force, mais nous sommes sourds, trop préoccupés par des babioles. La justice de Dieu va nous faire découvrir ce qui est essentiel : préparer nos coeurs à la Grande Rencontre.
        Des événements bouleversants sont annoncés, mais le Seigneur nous dit : « N’ayez pas peur. »
        Ces événements arriveront pour le bien de tous. L’homme a besoin de vivre des épreuves pour lever les yeux vers Dieu et crier vers lui.
        Pour lire ce livre, je conseille de prendre un message par jour, le méditer, le prier et vous demander comment vous pourriez changer votre vie pour qu’elle soit conforme à l’Évangile.
        Je bénis chaque lecteur, lectrice. Je demande à Dieu de vous envahir de son Esprit pour que vous goûtiez sa paix et que vous la répandiez autour de vous.

Guy Giroux, prêtre
Paroisse St-Philippe, Windsor, QC


Introduction

Dialogue entre Marie, Jésus et Sulema

        Marie : Paix à toi, ma fille. Pourquoi ce chagrin, ce malaise que tu portes dans ton petit coeur ? Pourquoi ? Tu ne veux pas continuer à écrire ? Ne sais-tu pas, mon enfant, que c’est à cause de ta nullité que tu as été choisie  ? Sans rien comprendre, tu as dit oui, tu as prononcé ton fiat sans savoir où cela t’amènera, tu as sauté dans les bras de mon divin Fils dans un abandon total.
        Ouvre le livre des 24 heures de la Passion du Christ (éd. Résiac, 1999) et regarde ce que tu vas y trouver.

        Sulema : J’ai ouvert le livre et j’ai lu en fin de page 5 que Luisa Piccarreta n’a fait que sa première année de scolarité ; que ses écrits étaient bourrés de fautes bien que les termes appropriés étaient en parfaite correspondance avec ses révélations inspirées par Notre-Seigneur.

        Marie : Elle est une grande sainte et pourtant ses écrits ont touché seulement un certain nombre d’enfants. On ne veut pas accueillir ses miels ruisselants. Regarde autour de toi, on suscite d’un peu partout des porte-paroles pour aller rejoindre différents groupes d’enfants, car vous ne pouvez pas plaire à tous les coeurs.
         Ma fille, on essaiera de trouver des failles, on disséquera les dons de prophéties et de voyance qui sont déposés en toi, laisse-les faire, garde ta paix et n’oublie jamais que tu es sous notre protection.
         Voici venir mon Fils :

        Jésus : Et c’est pour cela qu’il y a tant de messagers, car chacun d’eux est destiné à aller rejoindre un groupe de personnes. Regarde-Moi, Je n’étais pas accepté par tout le peuple ; seuls les petits, les humbles m’ont accueilli, moi, Jésus, le Fils de Dieu, la Parole de Dieu.
        Pourquoi croire qu’un messager peut aller toucher tous les coeurs ? Non, mes enfants, vous devez me suivre. Moi qui suis pourtant la Tête de l’Église, j’ai aussi été rejeté, méprisé et on me traitait de blasphémateur alors que je prêchais la vérité.
        Regarde quand j’ai choisi les douze, je n’ai pas choisi des docteurs de la loi, ni des scribes ; J’ai choisi des pêcheurs, des collecteurs d’impôts, ceux qui n’étaient rien aux yeux du monde et par ma grâce, ils sont devenus les Apôtres, ceux qui jugeront les douze tribus d’Israël.
        Je t’ai choisie comme tu es ; par ta nullité, la grâce passe. Par toi, j’irai rejoindre les coeurs endurcis ; par toi, je ferai de grandes choses ! Je t’ai choisie parce que je n’ai pas trouvé une autre plus petite que toi. Tu as su t’oublier toi-même en renonçant à tout pour moi ; tu aimes rester cachée dans les bras de ma Très Sainte Mère car sans Moi tu n’es rien. Oui, je suis tout en toi. Aurais-tu peur de me suivre tous les jours ?

        Sulema : Non, mon Seigneur et mon Dieu.

        Jésus : Les critiques, vous les aurez toujours. Lisez les Évangiles pour mieux me comprendre. Chose certaine, mon petit coeur d’amour, si tu étais quelqu’un qui maîtrise bien la langue française, je ne t’aurais pas choisie. Alors, reste en paix, continue d’écrire, car ce que tu as écrit jusqu’à aujourd’hui n’est rien à comparer à ce que tu écriras. Reste dans les bras de ma Mère, fais tout ce qu’elle te dira, car rien ne saura arrêter cette oeuvre que le Père a confiée à sa fille bien-aimée, Marie, Mère de Dieu. Vous serez étonnés de tout ce que je ferai et ce que je suis en train de faire par ce volume. Continue à écrire, nous devons rattraper le temps perdu.
        Le Père respecte votre liberté et votre volonté. C’est à vous de faire le bon choix. Moi, j’ai fait mon choix. Un peu partout dans le monde j’ai choisi mes prophètes, mes messagers, mes porte-paroles et, pour cette oeuvre, c’est vous que j’ai choisis de toute éternité pour être auprès de mon instrument. Merci à vous tous mes collaborateurs que j’aime tant. Merci de votre désir de la protéger et de la soutenir. Tout ce que vous faites pour elle, c’est à Moi que vous le faites. Je vous enveloppe de ma bénédiction toute spéciale, je dépose sur chacun de vos fronts, Mon baiser de Paix.
        Au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.
                                                                                                    Jésus, votre crucifié d’amour
.

~


2010

Marie, Reine de la paix
30 novembre 2010
Première semaine de l'Avent

1 – On pense à tout, sauf au suprême Sacrifice de
Jésus-Amour, prisonnier dans une petite Hostie.

        Merci, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
        Oui, mon enfant, le moment est à l’adoration, à la méditation des Saintes Écritures qui nous parlent de la Passion de mon Fils, mon Dieu et mon Seigneur.
        Dans les temps où vous vivez, mon enfant, on parle de tout, sauf du suprême Sacrifice, le crucifiement de mon divin Jésus-Amour. On a oublié ses souffrances atroces, tout ce qu’il a enduré pour vous sauver, sa douloureuse agonie au Jardin des Oliviers. On ne pense plus à tout cela. Qui est là pour Le remercier ? Qui pense à Lui dire : « Merci Jésus de t’être fait homme par amour pour moi, pour tout le genre humain ? »
        Lui, de condition divine, a tout quitté : sa Gloire auprès du Père, pour se faire l’un de nous. On a oublié qu’il est vrai Dieu et vrai homme. De plus en plus, on se sent gêné de parler de Lui, de penser à Lui, l’auteur de la Vie, l’auteur de tout le créé visible et invisible, Lui qui n’a rien épargné, qui vous a tout donné jusqu’à la dernière goutte de son Précieux Sang…
        Remerciez-le souvent, mes enfants, pour tant d’amour. Comme il l’a dit (Jn 15, 13) : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ! » Il est allé jusqu’à devenir prisonnier dans une petite hostie. Lui, l’infiniment grand est devenu l’infiniment petit : sottise aux yeux des hommes, merveille aux yeux des anges !
        Quand vous allez le recevoir, faites-le avec un grand respect, une grande dévotion, une grande reconnaissance, une grande humilité et surtout un grand amour. Qu’il trouve l’amour dans vos coeurs. Réchauffez-le avec votre amour. Il meurt d’amour pour ses enfants. Suivez-le tous les jours et ne craignez rien, Il est là votre Jésus-Amour, aimez-le, aimez-le, mes enfants.
        Merci de consoler la Vie de ma vie, la Lumière de mes yeux, le Coeur de mon coeur, mon Dieu mon Seigneur. Merci, mon enfant, d’écouter mon Coeur de Mère si affligé par tant et tant d’enfants qui ne pensent plus que Dieu existe, qu’il y a un Dieu qui les a créés et qui les attend. Soyez bénis, mes enfants, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
4 décembre 2010
Premier samedi du mois

2 – S’exercer à la vertu de patience ;
la paix et la sérénité suivront.

        Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
        Il faut, mon enfant, exercer la vertu de la patience envers soi-même et surtout envers les autres. Tu sais, pour arriver aux autres il faut se vaincre soi-même pour arriver à l’oubli de soi. On peut y arriver autrement, mais c’est plus difficile.
        Tous les jours, je dirais même à chaque instant, on doit le pratiquer sans se décourager. Mes enfants de lumière, comme vous vous êtes exercés dans la foi et dans la confiance, vous devez aussi le faire avec la patience. Et vous verrez ce qui se produira en chacun de vous : vous vivrez une paix plus intense et la sérénité s’installera peu à peu dans votre coeur, grâce à votre persévérance.
        Merci, mes enfants, de continuer à prier à mes intentions. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
6 décembre 2010

3 – Méditons sur la foi.
Chantez comme les enfants dans la fournaise.

        Béni soit mon divin Fils Jésus Christ le Seigneur. Signe toi et écris, mon enfant, couverte de son Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu son Père.
        Mon enfant, méditons sur la foi d’Abraham. Il a tout quitté pour suivre son Seigneur et son Dieu. Il est allé jusqu’à offrir en sacrifice son fils unique, car il était sûr que le Seigneur allait ressusciter Isaac pour accomplir sa promesse de lui donner une grande descendance plus nombreuse que les étoiles dans le ciel, plus nombreuse que les grains de sable de la mer (c.f Gn). C’est-à-dire que sa foi était absolue et inébranlable, une foi sans défaillance et totale en Dieu son Père. Il n’a pas eu d’arrière-pensée, encore moins de doute, il écoutait la voix du Très-Haut et à l’instant même il accomplissait ce qu’il avait entendu.
        Pour le mettre à l’épreuve, le Seigneur lui a demandé le sacrifice suprême de son fils et, merveille des merveilles, aussitôt dit aussitôt fait, jusqu’à la venue de l’ange qui l’a arrêté. Quelle foi ! C’est pour cela qu’on l’a appelé le père de la foi.
         Tout cela pour vous faire comprendre que le Seigneur tient ses promesses, qu’il est fidèle, et qu’il soutient les accablés. Donc, n’ayez pas peur, ne vous laissez pas effrayer. Soyez forts, prenez courage, car il est le Dieu de l’impossible. Vous le savez très bien, il vous a manifesté sa Gloire, et cela à plusieurs reprises. Réfléchissez-y mes enfants…
        Alors, persévérez et chantez comme les enfants dans la fournaise (Da 3, 51), ils ne se sont pas apitoyés sur eux mêmes, ils avaient foi en Dieu, leur Père. Ils savaient que jamais Il n’était pour les abandonner. Enfin mes enfants, que votre foi soit plus ferme et plus forte. Continuez à prier, à chanter, à rendre grâce, à croire et surtout à espérer dans la paix que seul le Seigneur peut vous donner.
        Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
10 décembre 2010

4 – Que vos coeurs soient très reconnaissants et
pleins d’amour pour accueillir le Nouveau-Né.

        Que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
        Oui, mon enfant, que la paix soit avec vous tous, en ce beau temps de l’Avent qui prépare les coeurs de bonne volonté à accueillir Dieu fait homme, l’Enfant de la crèche, le Créateur de tout l’univers, cet Enfant d’amour qui vous a aimés jusqu’à la folie de la croix. Que vos coeurs soient très reconnaissants. Remerciez-Le en tout et partout. Mes enfants, ce temps est très important pour préparer vos coeurs à l’arrivée de ce Nouveau-Né qui a tout changé sur la face de la terre.
        Préparez-vous pour qu’il puisse trouver un endroit chaud, accueillant et plein d’amour. Que vos coeurs soient des berceaux où Il puisse se reposer, en ce temps où l’on pense seulement aux cadeaux, aux achats, au réveillon… en excluant totalement le vrai sens de Noël, la naissance du Sauveur du monde.
        Mon Coeur Immaculé saigne de voir tant et tant d’indifférence chez la grande majorité de nos enfants, l’oubli presque total de la naissance du Fils de Dieu, Jésus l’Emmanuel. Soyez bénis de penser à lui, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Mère des affligés
14 décembre 2010

5 – Quand un pauvre appelle, le Seigneur entend.
Croyez et vous ne serez pas déçus.

        La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
        Ne vous découragez pas, mes enfants. Soyez forts, tenez bon, car rien n’est impossible au Dieu Trinitaire ; Il a tous vos soucis en main, faites-Lui confiance.
        Quand un pauvre appelle, le Seigneur entend pour de vrai mes enfants (Ps 33). Plus que jamais, croyez et vous ne serez pas déçus, car le Seigneur est proche de tous ceux qui espèrent en sa Divine Providence, proche de ceux qui se confient à Lui, le Père trois fois saint. Continuez à prier, à croire et à espérer.
        Moi, votre céleste Maman, l’Immaculée Conception, je me tiens près de vous, avec vous. Jamais je ne vous abandonnerai, croyez-moi.
        Soyez bénis de continuer à prier à mes intentions au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Jésus-Eucharistie
15 décembre 2010

6 - Le monde s’en va vers un chaos économique.
Apprendre à vivre avec l’essentiel, savoir partager.

        Ne craignez pas, mes enfants. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu mon Père. La paix soit avec toi, mon enfant.
        Pourquoi toute cette agitation ? Pourquoi cette angoisse ? Pourquoi cette insécurité ? Où est votre confiance ? Je sais, moi, ce qu’il y a de mieux pour vous tous, mes enfants. Je connais, Moi, le moment précis de ce qui doit survenir. Il est écrit : il y a un temps pour chaque chose, et chaque chose en son temps (Qo 3, 1). Alors, pourquoi ? Avez-vous confiance en moi votre Jésus, votre Seigneur et votre Dieu ?
        Je vous ai dit : rien de mal ne saurait vous arriver. Croyez-le. Mes enfants, vous devez comprendre et accepter vos limites. Je ne peux pas vous dire que tout va changer, non mes enfants. Le monde s’en va vers un très grand chaos économique. Il va falloir apprendre à vivre uniquement avec l’essentiel, savoir partager. Ce n’est pas parce que Dieu veut qu’il en soit ainsi, c’est parce que l’homme a tout détruit ! Et là, on met la faute sur l’un, on accuse l’autre, personne ne prend sa responsabilité. On dit des paroles inutiles, pleines de poison pour tuer les âmes, pour tuer les esprits fragiles qui se laissent empoisonner par le démon qui s’est bien déguisé. C’est pour cela que je vous dis : soyez vigilants, faites attention, ne vous laissez pas entraîner par les faux courants de pensée du monde.
        Restez en prière, accrochez-vous aux sacrements, venez vous réfugier dans le Coeur Immaculé de ma très Sainte Mère. Et vous, mes tout-petits, n’ayez pas peur, car elle vous garde sous son manteau de protection. Soyez humbles de coeurs, continuez à prier à ses intentions. Donnez-lui la main. Ce faisant, vous serez protégés de tout le mal qui est à vos portes. Gardez courage, soyez forts, soyez fidèles. Je vous porte tous dans mon Sacré-Coeur ; n’ayez pas peur, votre délivrance est proche (Lc 21, 28) ; continuez à prier, à adorer et à croire.
        Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen alléluia.

~

L’Enfant-Dieu
25 décembre 2010
Le Jour de Noël, le matin

7 – Je veux partager avec vous ma joie,
ma paix et mon grand amour.

        Merci, mon enfant, signe-toi, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu mon Père.
        Merci pour vos souhaits, pour vos chants et surtout pour votre amour. Je veux partager avec vous ma joie, ma paix et surtout le grand amour que J’ai pour vous tous.
        Ne craignez pas, car Je suis avec vous (cf. Mt 28, 20). Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.


Marie, Reine de la paix

25 décembre 2010
Le Jour de Noël, le soir

Réjouissez-vous avec moi
et soyez très reconnaissants.

        Mon enfant, que la paix soit avec toi et avec tous les hommes de bonne volonté (cf. Lc 2), car aujourd’hui un Sauveur vous est né : le divin Enfant, l’Enfant Dieu, le Fils unique de Dieu le Père, le Saint des saints.
        Réjouissez-vous ! Que sa joie soit dans vos coeurs et que sa paix règne aussi dans vos coeurs. Soyez bénis, soyez humbles à l’exemple de Dieu qui s’est manifesté à tous les peuples de la terre, en Enfant nouveau-né qui a choisi une étable pour palais, une crèche pour berceau (Lc 2, 7) ! Soyez très reconnaissants pour tant d’amour et soyez bénis !

~

Marie, Reine de la paix
28 décembre 2010

8 – S’abandonner comme un enfant, avec confiance.
Laisser agir à sa guise le divin Enfant.

        Merci, mon enfant, signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père, Seigneur Sabaoth.
        Oui, mes enfants, vous devez vous exercer à avoir plus de confiance en Celui qui vous a tout donné, à croire à cent pour cent à sa puissance, à espérer tout, malgré toute apparence, à vous laisser conduire par sa main toute-puissante, à croire en sa Parole, car Il est la Parole du Père trois fois saint.
        Je vous en prie, cessez de blesser son Sacré-Coeur avec toutes vos pensées négatives, vos peurs, vos craintes, vos doutes. Une fois pour toutes, dites-Lui : « Oui, mon Seigneur et mon Dieu, je m’abandonne entre tes mains, fais de moi ce qu’Il te plaira » comme un enfant qui sait s’abandonner entre les bras de sa mère, entre les bras de son père, car il sent la protection, la sécurité, la confiance de ses parents.
        Ce n’est pas trop vous demander, puisque je connais la grandeur de votre amour pour mon divin Enfant, Jésus-Amour, faites-Lui confiance et laissez-Le agir à sa guise.
        Continuez à prier à nos intentions et soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Jésus de Nazareth, votre Roi d’amour
30 décembre 2010

9 – L’apostasie est à son comble :
le temps de la miséricorde s’achève.

        La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de Dieu mon Père.
        Mon enfant, mon Coeur Sacré est triste jusqu’à la mort de voir une telle indifférence de la part de mes enfants. Plus que jamais, on rejette tout ce qui est sacré. On ne veut rien savoir du Père trois fois saint, du Fils qui a donné Sa vie pour vous racheter, du Saint-Esprit qui vient plus que jamais vous partager tous Ses dons et hélas, presque personne ne veut recevoir ces dons de Dieu.
        L’apostasie est à son comble. On a laissé toute la place au monde, à la chair et au démon. Voilà ce qui occupe la première place chez les enfants de cette génération qui s’en vont directement à leur perdition, à leur destruction.
        Ma très Sainte Mère et Moi avons réussi à retenir encore un peu les bras de la Justice divine, mais… ce ne sera plus pour longtemps : vous le constatez de plus en plus ici et là sur la Terre.
        Priez, priez, priez, mes enfants, car vous ne savez pas ce qui vous attend dans un avenir proche. Soyez certains de notre protection. On est à préparer un autre complot contre mon fils Benoît XVI. Priez beaucoup pour lui, pour qu’il ait la force nécessaire pour tenir bon.
        Mon Coeur est si triste pour cette génération qui est la pire de toutes ! La dépravation a dépassé toutes les limites, l’immoralité a pris toute la place. Il n’y a plus de respect pour Dieu ni pour personne. Mes enfants sont devenus pires que les animaux. Le tout petit reste est devenu encore plus petit, pour que s’accomplisse ma Parole : « Quand le Fils de l’homme reviendra, trouvera-t-il la foi ? » (Lc 18, 7)
        Continuez, mes enfants, à demander la grâce de la persévérance finale pour tenir jusqu’au bout du combat, car votre Jésus-Amour est sur son chemin de Retour pour vaincre le monde, la chair et le démon.
        Préparez vos coeurs à cette rencontre avec votre Dieu et votre Seigneur. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
30 décembre 2010

10 – Consolez le Coeur de mon divin Enfant en priant
pour le retour au bercail des brebis égarées.

        Console le Coeur si peu aimé de mon divin Fils Jésus Christ. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de son Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu son Père.
        Merci, mes enfants, de consoler le Sacré-Coeur de mon divin Enfant. Si vous saviez comme Il souffre de voir à quel point son sacrifice a été en vain pour tant de nos enfants, spécialement pour ceux qui, après avoir été des priants, ont renoncé à la Lumière pour accueillir les ténèbres du monde, pour suivre l’instinct de la chair, pour suivre le malin qui vous connaît. Il reconnaît ceux qui aiment le péché, il sait que le nombre de damnés progresse d’heure en heure ; il sait aussi que Dieu Tout-Puissant respecte votre liberté.
        C’est pourquoi l’on vous demande des prières d’intercession pour essayer d’en sauver quelques-uns avant qu’il ne soit trop tard. Mais le temps de la miséricorde s'achève, mes enfants. Il va falloir que la Justice divine sanctionne cette génération qui a perdu le sens du sacré.
        Priez, priez, priez, mes enfants, pour que vos frères et vos soeurs accueillent les grâces du repentir et reviennent au bercail avant que la porte ne se ferme et qu’il ne soit trop tard. Le temps presse mes enfants, je dirais même, qu’il n’y a plus de temps.
        Merci de vouloir toujours faire la sainte Volonté du Très-Haut. Merci de votre oui d’amour. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
31 décembre 2010

11 – Beaucoup oublient de dire merci au Père
et de Lui consacrer la nouvelle année.

        Loué soit à tout jamais mon divin Enfant, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père. Signe-toi, mon enfant, couverte de son Précieux Sang, et écris cette manne céleste.
        Voilà, vous êtes rendus au dernier jour de cette année 2010. Dans quelques heures débutera la nouvelle année. Que votre coeur et votre esprit soient dans le recueillement, unis à votre Dieu, votre Seigneur, votre Père. Remerciez-Le pour tous les bienfaits reçus durant cette année, pour tant de grâces, de grandes faveurs, pour tant d’amour.
        Si vous saviez, mes enfants, à quel point on a oublié de remercier Dieu le Père. Vous devriez même le remercier pour l’air que vous respirez, pour le souffle de vie que vous donne l’Esprit Saint, pour le sang précieux qui circule dans vos veines, car votre corps est devenu le temple du Saint-Esprit. Vous devez le protéger, prendre soin de ce corps sacré qui ne vous appartient pas, car votre corps est la demeure du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
        Hélas ! Combien d’enfants ont profané et continuent de profaner, de saccager ce corps qu’ils ont reçu ; il est devenu la cause de votre perdition et de votre damnation, sottise humaine.
        Bénissez le Très-Haut jour et nuit, bénissez-le pour le don de la vie, pour la paix qui habite dans vos coeurs, pour la joie que seul Dieu le Fils peut vous donner. Bénissez-le pour sa sainte protection. Consacrez-lui votre vie, votre esprit, tout votre être. Continuez à l’aimer davantage pour que vous arriviez à aimer comme il veut vous l’apprendre, pour que vous deveniez ce canal d’amour, de grâce, d’eau vive pour consoler tous ceux qui seront autour de vous. (cf. Jn 4, 10)
        Je vous aime dans l’Amour du Christ. Soyez bénis, mes enfants, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint- Esprit. Amen, alléluia.

~


2011

Marie, Reine de la paix
1er janvier 2011
Premier samedi du mois

12 – Ce sera une année très difficile. Entrez dans les Coeurs
unis de Jésus et de Marie pour être à l’abri de tout mal.

        En ce premier jour de la nouvelle année, que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
        Oui, mon enfant, que le Seigneur vous protège et vous garde, qu’il se penche sur vous tous pour vous envelopper de sa bénédiction paternelle en ce début de l’année 2011. Soyez bénis de croire en Sa Parole, son Fils unique notre Seigneur, qui a pris chair dans mon sein virginal pour accomplir la rédemption du genre humain, afin de rétablir cette relation filiale entre le Créateur et ses créatures. Merci d’aimer mon Enfant-Dieu, l’Âme de mon âme, la Vie de ma vie.
         Regardez la grandeur du Très-Haut : il a choisi que l’année commence avec la journée de la semaine dédiée à mon Coeur Immaculé « le premier samedi du mois », cette dévotion si chère à mon Coeur. Et, en plus, c’est la fête de Marie, Mère de Dieu. Comme tu le vois, mon enfant, il y a un sens à tout cela. Une année mariale commence pour toi et pour tous mes enfants de bonne volonté : ceux qui ont dit non au mal et qui ont dit oui au bien, oui à l’Amour, oui au Père.
        Cette année, mon enfant, sera une année très, très difficile, une année hors de l’ordinaire, une année sans pareille, unique en tous les sens ; tu le verras en temps et lieu. Une année où vous devrez vous approcher plus que jamais du Sacré-Coeur de Jésus pour qu’il vous conduise au Père Tout-Puissant, et où vous devrez vous accrocher à moi, l’Immaculée Conception, pour être à l’abri de toutes les attaques de l’ennemi, pour être protégés de tant de désastres naturels qui vont s’intensifier d’une façon extraordinaire dans les mois à venir.
        Vous devrez entrer dans les Coeurs unis de Jésus et de Marie pour être préservés de tout mal ; ce sera la nouvelle Arche, votre bateau de sauvetage, votre lieu sûr où vous pourrez vous reposer pour refaire vos forces, pour suivre nos directives. Je le répète, l’année qui débute sera une année dévastatrice, comme mon doux Jésus t’a laissé entrevoir avant-hier.
        Priez, priez, priez mes enfants, car l’heure est très grave. Adorez, priez, adorez, priez tandis qu’il y a encore du temps et soyez bénis. Remerciez le Très-Haut pour tant de bienfaits, je vous enveloppe de mon manteau de protection et vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
3 janvier 2011

13 – Jésus est rejeté comme à sa première venue.
Mais « on ne se moque pas de Dieu ! »

        Loué sois mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père. Signe-toi et écris, couverte de son Précieux Sang. Merci, mon enfant, de répondre rapidement à mon appel, merci de bien vouloir entendre mes paroles et de les accueillir avec tant d’amour, merci, merci, merci.
        Continue, je t’en prie, à prier à mes intentions, à nos intentions qui, de jour en jour, sont de plus en plus nombreuses. Il faut essayer de sauver quelques âmes de plus, car mes enfants sont devenus aveugles, pas seulement des yeux, mais aussi du coeur.
        Tout, je dis bien tout, est devenu banal : on a oublié le respect qu’on doit aux enfants, aux aînés, à la vie et surtout le respect qu’on doit à Dieu le Père Tout-Puissant, à Dieu le Fils et à Dieu le Saint-Esprit, et cela, mon enfant, c’est très grave ; il va falloir que justice se fasse, car on ne se moque pas de Dieu. (Gal 6, 7)
        Il a été très patient envers la présente génération, en souhaitant un changement dans les coeurs de ses enfants. Mais, de jour en jour, on court pour ne pas dire qu’on vole vers la perdition. On a renoncé volontairement à la foi, à l’amour et au respect envers Dieu le Très-Haut, envers Dieu le Créateur, le Père, l’essence de la sainteté. On ne veut rien savoir de son Fils unique, son Verbe, sa Parole, Celui qui est venu apporter la lumière, sa lumière. Hélas ! Ses enfants ne le reconnaissent pas plus aujourd’hui qu’il y a de 2 000 ans.
        En toute vérité, si Jésus revenait en sa Sainte humanité parmi vous, on commettrait le même crime que la première fois, on le ferait crucifier. Pire encore, on veut même vous faire oublier son saint nom « Jésus », car le nom de Jésus dérange, on ne veut pas l’entendre.
        Mes enfants, je vous en prie, priez et adorez, car vous n’avez pas la moindre idée de tout ce qui est à vos portes. Cependant, gardez votre paix, votre confiance et surtout votre foi en Celui qui vous a tout donné par amour pour vous, Ses tout-petits. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
7 janvier 2011

14 – Quel grand privilège que d’assister
à la sainte messe et de communier.
Se préparer avec grand recueillement.

        Que toute Gloire soit rendue à Dieu le Père de Notre Seigneur Jésus Christ. Signe-toi et écris mon enfant, couverte de son Précieux Sang. Merci de bien vouloir recevoir mes enseignements, cette manne céleste, ce miel ruisselant qui se déverse dans ton petit coeur.
        Dieu est Amour (1 Jn 4, 16), vous a dit saint Jean le bien aimé. Il a compris le grand amour de Dieu le Père qui vous a donné son Fils unique, le Verbe. Il a compris le grand amour de Dieu le Fils, le Verbe, qui a pris chair dans mon sein virginal pour accomplir la Volonté du Père, la rédemption de ses enfants dispersés. Il a compris le grand amour de Dieu le Saint-Esprit, l’essence de l’amour du Père et du Fils, qui est venu me couvrir de son ombre pour engendrer le Verbe de Dieu, la parole de vie, la vérité tout entière en Jésus le Christ Notre Seigneur, dans le mystère de l’Incarnation, le sublime mystère où le Fils de Dieu fait homme est descendu du Ciel pour se faire l’un de nous et habiter parmi nous. Quelle merveille !
        Et tout cela, mon enfant, pour vous faire comprendre jusqu’où est allé l’amour de Dieu le Fils qui a pensé à instituer les sacrements pour rester avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde et qui a pensé à se faire tout petit pour être dans une Hostie ! Hélas, Il est le plus grand solitaire dans tant de tabernacles, où Il est devenu, par sa propre Volonté, prisonnier de son amour pour ses enfants, ses frères et ses soeurs de la terre.
        Vois-tu quel grand privilège vous avez d’assister à la sainte messe, de recevoir votre Créateur dans vos coeurs, de recevoir son Corps et son Sang qui viennent préparer vos coeurs et vos corps à vivre le mystère de l’Incarnation dans vos coeurs, à recevoir le Fils de Dieu, le Fils de l’homme, vrai Dieu et vrai homme, Jésus Christ le Seigneur ?
        Bien sûr, toutes ces merveilles s’opèrent dans un coeur qui est en état de grâce, un coeur qui se prépare à recevoir le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs.
        C’est pour cela qu’on vous demande d’arriver quelque temps à l’avance pour vous préparer, vous débarrasser de vos soucis, vos distractions, vos inquiétudes, pour vivre le saint sacrifice de la messe. Et en vidant votre coeur, vous laisser remplir de toutes les grâces que le Père, le Fils et le Saint- Esprit veulent vous accorder pour vous aider à devenir chaque jour plus saint, selon l’exemple de votre Père céleste.
        Comprends-tu, petite fille, l’importance de vous préparer dans un grand recueillement avant la sainte messe ? Hélas ! on arrive à la dernière minute. On gaspille les grâces que mon divin Fils vous a méritées par sa Passion et sa mort. Et les enfants partent les mains vides sans avoir voulu recevoir les trésors que le Père trois fois saint voulait leur donner. Les anges pleurent de voir toutes ces grâces perdues.
        Merci, mon enfant, de recevoir avec amour mes enseignements, merci de nous prendre au sérieux. Sois bénie au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
8 janvier 2011

15 – Une expérience heureuse ou malheureuse
selon l’état des consciences.

        Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur. Signe-toi mon enfant et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ pour la Gloire de Dieu son Père.
        Oui, mon enfant, tu dois te préparer à vivre ce changement que les enfants de lumière vont vivre d’une façon spéciale. Ce sera un événement pour tous les enfants de la terre, mais vous, vous allez le vivre d’une façon différente. Ce qui pour les autres sera une occasion de confusion, de peur, de détresse, de grande crainte, pour vous sera la joie de sentir et d’entrevoir Celui que votre coeur aime.
        Oui, je te parle de l’illumination des consciences, ce que d’autres appellent l’avertissement. Continuez de réciter l’acte de contrition au fur et à mesure que vous en sentez le besoin et surtout dépêchez-vous d’aller au sacrement du Pardon pour recevoir le pardon de Dieu et les grâces qui en découlent.
        Je ne te dis pas que cela va arriver bientôt, tout de suite. Certaines choses doivent arriver auparavant, des événements naturels ; oui, il va y avoir un froid glacial qui va vous envelopper, un froid inconnu de mes enfants…
        Continue à écrire, fille bien-aimée, c’est moi l’Immaculée Conception, la Mère de Dieu, qui te parle en ce moment par le divin vouloir de Dieu le Père, Seigneur Sabaoth (cf.1 Sa 1, 3). Mes enfants ne veulent pas comprendre le langage de la nature et même s’ils arrivent à découvrir les choses à temps, ils ne veulent pas accepter la vérité.
        Regarde bien : crois-tu que c’est une coïncidence que la mort de tant et tant d’oiseaux en différentes parties de la planète, de tant de poissons ? En vérité, mon enfant, Je te le dis, c’est le présage de ce qui s’en vient, de ce qui est à vos portes : un méga tremblement de terre, un froid brutal, et que dire de la folie du vent, un élément nouveau qui va balayer tout ce qu’il trouve sur son passage ; et après, arrivera une chaleur étouffante...
        Quand cela arrivera, dis-toi bien que l’illumination des consciences est tout proche pour laisser place à la grande persécution que subira l’Église, afin de donner une entrée triomphale à l’antéchrist.
        Pourquoi est-ce que je te dis cela aujourd’hui ? Pour t’avertir mon enfant. Et lorsque tu l’entendras des autres tu diras au fond de ton coeur : « Maman Marie me l’avait dit. » Comme mon divin Fils, Jésus-Amour, l’a dit : tu seras avertie, instruite, renseignée directement par nous pour que tu commences déjà à prier, à te préparer et garder la paix que seul Dieu peut donner. Et, ce faisant, tu transmets la paix à ceux qui sont affligés, tu pacifies les coeurs angoissés. Sois bénie, enfant de ma tendresse, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
9 janvier 2011

16 – S’arrêter à l’essentiel, la Parole de Dieu.
Combien renient leur Baptême, la saine doctrine !

        Bénie sois-tu, mon enfant, de bien accueillir mes enseignements. Signe-toi et écris couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
        Oui, mon enfant, par le Baptême vous êtes devenus à nouveau les enfants de Dieu le Père. Par l’eau, le prêtre vous a lavés du péché originel, cette tache qui empêchait la grâce de circuler dans vos coeurs, cette tache qui vous éloignait de votre Dieu, votre Créateur.
        Si tu savais combien d’enfants en ce moment renient leur Baptême ! Et que dire de cette nouvelle génération qui laisse les enfants sans recevoir aucun sacrement ? Sottise humaine. Qu’est-ce qu’ils vont répondre à la question que leur posera Dieu le Fils : qu’as-tu fait de mes enfants ? Qui es-tu pour enlever le droit de Dieu le Père de recevoir à nouveau ses enfants ? Ne sais-tu pas que chaque enfant a le droit de devenir héritier du Royaume ?
        Prie, mon enfant, pour tous ces insensés qui ne veulent pas profiter des grâces que leur donne chaque sacrement, car un jour ils vont le regretter amèrement.
        On en est rendu à laisser de côté la saine doctrine ; chaque jour, on change les rites liturgiques. On trouve que c’est trop long. Cette génération a oublié l’essentiel : le temps le plus important, c’est le temps donné au Seigneur.
        Vous avez oublié la valeur du temps. Au soir de sa vie, chaque être humain doit rendre compte de son temps. Malheur à ceux qui ont gaspillé leur temps dans les choses du monde, de la chair et du démon. Malheur à ceux qui ont perdu leur temps. Malheur à ceux qui se sont arrêtés dans leurs bonnes intentions sans passer à l’action. Malheur à ceux qui ont eu le temps pour tout, sauf pour Dieu.
        Oui, mon enfant, je suis triste, mon Coeur Immaculé pleure des larmes de sang de voir le petit nombre de ceux qui pensent, qui aiment vraiment, qui adorent Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit.
        Combien d’enfants se laissent distraire par toutes sortes de choses ! C’est pour cela, mon enfant, que je vous dis : soyez vigilants, ne vous laissez pas désorienter, laissez passer le bruit, laissez passer le vent. Arrêtez-vous à l’essentiel qui est la Parole de Dieu dans les Saintes Écritures.
        Tout vous a été dit et tout doit s’accomplir. Rien ni personne ne peut changer la Bible ; on ne peut rien y ajouter et encore moins y enlever, car c’est l’Esprit Saint qui a écrit par la main des prophètes, des évangélistes et des apôtres.
        Gardez votre lampe allumée, car il se fait tard. Gardez-la avec l’huile de la foi que vous allez puiser dans les Saintes Écritures, dans la Parole de Dieu qui est le Chemin qui vous conduit sur la bonne voie ; il est la Vie qui vous donne le goût de continuer malgré tout ; il est la Vérité qui vous donne la lumière en ce temps de grande confusion.
        
Faites attention aussi de ne pas tomber dans le piège de la curiosité, de vouloir tout savoir. Tout doit s’accomplir. Priez, priez, priez pour ne pas succomber à la tentation. C’est par la prière, par l’adoration, que vous allez arriver à traverser tout ce qui est à vos portes. Consacrez-vous au Sacré-Coeur de Jésus et au Coeur Immaculé de votre céleste Maman. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
10 janvier 2011

17 – Le temps de la Miséricorde divine tire à sa fin
pour laisser place à la Justice divine.

        Que toute la Gloire soit rendue à Dieu le Père, à Dieu le Fils et à Dieu le Saint-Esprit. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
        Le temps passe mon enfant, le temps de la miséricorde tire à sa fin pour laisser place à la Justice divine. C’est pour cela que vous devez vous préparer en gardant votre âme en état de grâce, en étant charitables envers votre prochain, en vous exerçant à être plus patients les uns envers les autres, en essayant de voir ce qu’il y a de meilleur en celui qui est devant vous, en essayant aussi de vivre la sainte humilité et de vouloir toujours servir votre prochain, à l’exemple du Maître qui est venu pour servir et non se faire servir.
         Mais pour arriver à cela, il faut pratiquer la sainte obéissance, toujours être prêts à obéir. Qu’est-ce que cela coûte de suivre les pas de mon doux Jésus qui s’est fait obéissant jusqu’à la mort sur une croix ?
        Pourquoi te parler de tout cela ? Parce que tu dois, mon enfant, t’exercer de plus en plus à pratiquer les vertus comme tous mes enfants de lumière.
        Si vous vivez dans un monde où règne l’égoïsme, vous devez y opposer la charité  ; où vous êtes entourés de beaucoup d’impatience, vous devez y être très patients ; où règne l’orgueil, vous devez briller par votre humilité en gardant dans votre esprit que le plus grand dans le Royaume est celui qui est le plus petit au service des autres.
        Vous êtes dans un monde de libertinage où chacun fait ce qu’il veut… Vous devez obéir aux lois de Dieu, respecter chacun des Commandements (Ex 20). Et si tu aimes le Seigneur, tu verras que c’est facile d’aimer ton prochain, d’aimer tous ceux qui sont autour de toi, ceux qui se confient à toi, etc.
        Ah ! mon enfant, si le monde suivait la doctrine que mon divin Fils est venu vous enseigner, le monde serait si différent ! Il n’y aurait ni guerre, ni toutes sortes d’injustices, il n’y aurait plus de faim, plus de haine. Partout règneraient la paix, l’amour et l’harmonie. L’Amour du Père circulerait librement dans tous les coeurs. Tous les enfants pourraient vivre dans la Divine Volonté en disant : « Oui, Père, que ta volonté soit faite sur la terre comme au Ciel ! » Ce serait le paradis sur la terre.
        Prie, mon enfant, pour qu’un jour tous les coeurs acceptent de s’ouvrir pour accueillir les grâces et qu’ils puissent dire leur fiat à leur tour avant qu’il ne soit trop tard. Merci, mon enfant, de me donner ton temps. Va te reposer et sois bénie au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
11 janvier 2011

18 – Les théories mensongères du Nouvel Âge.
Plusieurs reviendront à Dieu après l’illumination.

        L’Esprit Saint est descendu, il a plané sur les eaux du Jourdain pour montrer aux peuples que Jésus est le Fils de Dieu, son Fils bien-aimé et hélas ! les grands de ce monde ne l’ont pas reconnu comme vrai Dieu et vrai homme. Signe toi et écris, mon enfant, couverte de son Précieux Sang pour la Gloire de Dieu son Père.
        L’histoire se répète aujourd’hui comme hier : on ne veut pas reconnaître que Jésus est vrai Dieu, né de Dieu, né de la Lumière, qu’Il a été engendré par l’Esprit Saint pour venir accomplir la Volonté de Celui qui l’a envoyé, Dieu le Père. Seuls les plus petits du petit reste l’ont accueilli comme vrai Dieu, comme le Messie, comme le Rédempteur.
        Dans toutes les générations, l’histoire s’est répétée jusqu’à la génération actuelle où, même dans le petit reste, la division et le doute sont entrés. On se pose ces questions :
                • Est-ce que Dieu existe vraiment ?
                • Y a-t-il vraiment une vie après la mort ?
        Et les enfants se laissent tromper par ces théories du Nouvel-Âge qui vous font croire que tout finit avec la mort du corps, que l’âme est une invention des grands-parents, qu’il faut vivre pleinement en cette vie, car après tout est fini, que la résurrection est une fable que les apôtres ont inventée...
        Mon enfant, je me demande jusqu’où va aller la présente génération avec cette science qui va jusqu’à nier totalement l’existence de Dieu et, par conséquent, vous amène à renier la saine doctrine, à renier vos origines.
        Je souffre de voir ce qui vous attend, la surprise que vont vivre ceux qui ont refusé d’accueillir la grâce… Dis-toi bien, mon enfant, que les suppôts de Satan vont vous faire croire que l’illumination des consciences est le résultat de la peur que vont vivre nos enfants avec tous les événements qui vont la précéder, et ils vont accueillir cette théorie. Je parle de ceux qui ont dit non à l’Amour…
        Mais d’autres enfants comprendront le mal qu’ils ont fait à leur âme et le regretteront. À ce moment, ils courront pour chercher de l’aide. Ils ouvriront leurs coeurs pour accueillir et connaître les Saintes Écritures, pour mieux connaître Jésus, le Père et le Saint-Esprit…
        Et, à ce moment-là, l’heure sonnera pour que les enfants de lumière viennent à leur aide pour les évangéliser, les accueillir, les guérir, les encourager, leur faire connaître Jésus, leur enseigner que Dieu est Amour (1 Jn 4, 16) et que Dieu qui est leur Père les a tant aimés qu’Il leur a donné son Fils unique pour les sauver.
        Vois-tu, mon enfant, la tâche immense qui vous attend ? C’est pour cela qu’on vous demande d’adorer pour vous laisser former, pour recevoir de l’Esprit Saint les grâces nécessaires, les dons et les charismes dont chaque enfant aura besoin pour accomplir la mission que Dieu le Père lui a confiée.
        Je vous demande de prier aussi pour le Saint-Père Benoît XVI. Il faut le soutenir par vos prières qui lui donneront la force d’aller jusqu’au bout, sans oublier de prier pour tous mes fils de prédilection, les prêtres, qui ont tant besoin de vos prières.
        Merci de votre générosité. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
13 janvier 2011

19 – Il reste quelques miettes de temps.
Suivront l’épreuve de la foi et le passage
vers une ère de paix et d’amour.

        Que la paix du Seigneur soit avec toi, mon enfant. Signe toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur. Tu peux te demander, te surprendre ou même t’habituer progressivement à recevoir mes enseignements tous les jours.
        Au fond de toi, tu sais mon enfant, qu’il n’y a plus de temps à perdre ; les miettes de temps que vous avez en ce moment tirent à leur fin. Et un jour doit s’accomplir aussi « le moment du grand silence » où vous devrez passer l’ultime épreuve de la foi, pour que s’accomplisse la Parole (Lc 18, 7) : « Quand le Fils de l’homme reviendra, trouvera-t-il encore la foi ? »
        C’est pour cela qu’on vous demande de nous donner votre temps pour recevoir cette manne céleste qui vous aidera tellement aux moments de grande détresse. Vous irez puiser l’eau vive (cf. Jn 4, 10) dans les Saintes Écritures, et aussi dans les enseignements que le Père trois fois saint vous a permis de recevoir : il veut avertir ses enfants de ce qui les attend, de ce qu’ils doivent faire, de se préparer par les sacrements et de rester en état de grâce afin d’accueillir l’Esprit Saint qui vient pour les réveiller et les faire sortir de cette léthargie où sont tombés un grand nombre de ses enfants.
        C’est pour cela que je vous demande de prier, de louer, d’adorer, de fermer les portes aux mauvaises pensées, de fermer votre coeur à toutes sortes de tentations, d’être plus vigilants et de passer à l’action.
        C’est bien de demander la force de ne pas tomber, mais vous devez agir en conséquence en évitant de faire le mal, ou encore de vous approcher du mal : fuyez le mal mes enfants !
        Lisez la vie des saints et vous allez voir et comprendre tout ce qu’ils ont fait pour observer les Commandements (Ex 20), pratiquer les vertus, rester en état de grâce. Tous les enfants sont appelés à vivre dans la grâce sanctifiante pour devenir des saints à l’exemple du Père trois fois saint. Si vous l’aimez vraiment, vous allez vivre dans son amour, vous allez tout faire pour son amour. Et petit à petit, vous allez commencer à vivre dans la Nouvelle Terre et les Nouveaux Cieux. Et vous allez franchir allégrement ce passage de la grande purification à la nouvelle ère de paix, d’Amour Trinitaire où l’Amour du Père va circuler librement sur la terre comme au Ciel.
        Priez mes enfants pour que le temps soit abrégé. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint- Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
14 janvier 2011

20 – Quelle humilité l’Enfant-Dieu dégage
dans la crèche ! Il vient allumer le feu de l’amour
dans les coeurs.

        Il vous faudra beaucoup d’humilité, de douceur et de paix, mon enfant, pour aimer à rester cachés avec moi à l’ombre de Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils Jésus, pour la Gloire de Dieu son Père.
        Regarde, mon enfant, quelle humilité, quelle douceur et quelle paix dégage l’Enfant-Dieu dans la crèche : Lui, l’infiniment grand se présente à l’humanité infiniment petit, en Nouveau-Né. Merveille des merveilles ! Le Créateur de toute la création visible et invisible choisit une grotte pour être pauvre parmi les pauvres.
        Il a choisi les bergers comme ses premiers adorateurs pour vous apprendre la béatitude (Mt 5, 8) : « Heureux les coeurs purs, car ils verront Dieu. » C’est cette béatitude que vous devez vous exercer à vivre dès ici-bas pour que votre coeur soit uni au Sacré-Coeur de Jésus, pour apprendre à aimer avec et dans son amour : 1) Aimer Dieu le Père et Lui donner la première place dans votre vie ; 2) Aimer votre prochain avec cet amour filial qui doit exister dans les coeurs de tous les enfants du Père ; 3) Imiter la sainte humilité de Celui qui est venu servir et non pas être servi ; de Celui qui est venu faire la Volonté de Celui qui l’a envoyé, qui lui a remis tout honneur, toute Gloire et tout son Amour ; 4) Apprendre la douceur qu’il faut opposer à toute contrariété dans la vie quotidienne ; 5) Et, arriver à devenir doux et humble à l’exemple de ce Coeur qui vous a tant aimés.
        Le Sacré-Coeur de Jésus s’est laissé transpercer par l’Amour ardent qui brûlait tout son être, une soif d’Amour, une soif d’âmes amoureuses, qui à leur tour, se laisseraient brûler de son amour dans la fournaise de son Coeur. Il désire que ces âmes puissent allumer à leur tour toutes les étincelles qui attendent un souffle d’espoir, d’amour, de compassion, d’écoute et leur dire : ma soeur tu n’es pas seule, je suis là, l’Amour m’envoie vers toi pour t’aider, t’encourager, te donner à boire pour que tu n’aies plus jamais soif, soif de sa Parole, soif de son amour. Viens refaire tes forces et reprendre les chemins qui te conduisent au Père. Monte sur la montagne sainte où tu verras la lumière dans cette nuit où tu es tombée, cette nuit des ténèbres qui te garde prisonnière.
        Vois-tu, mon enfant, tout ce que vous pouvez faire avec vos prières, votre adoration ? Vous pouvez devenir des instruments, des vases communicants, pour nourrir vos frères et vos soeurs qui seront sur votre route, pour les accueillir tels qu’ils sont à l’exemple de Celui qui a eu pitié de la foule, une foule sans berger pour la guider, et que le monde a laissé à son compte.
        Aujourd’hui comme hier, mon doux Jésus a pitié de la foule. Il a besoin de vos mains pour bénir, de vos pieds pour aller accueillir et de votre voix pour proclamer votre foi. Merci mes enfants pour votre oui d’amour. Soyez bénis au nom de Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
15 janvier 2011

21 – Le saint abandon filial produit l’amour comme le disait la petite Thérèse.

        Que ton coeur soit très reconnaissant, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Signe-toi mon enfant et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père. Ne craignez pas, mes enfants, car Dieu le Père sait ce dont vous avez besoin avant même que vous le lui demandiez. Que votre foi soit plus forte, que votre confiance soit sans borne !
        Nous allons parler aujourd’hui du saint abandon. La petite Thérèse disait : « l’abandon, c’est le fruit délicieux de l’amour » ; plus vous allez apprendre à aimer votre Dieu, votre Père, plus vous avancerez dans cette voie de l’abandon, qui est une voie mystérieuse de l’amour infini du Père pour ses enfants de la terre. Comme il aime voir ses enfants venir se jeter dans ses bras dans un abandon confiant, en cette belle relation Père-fils/fille, un enfant qui attend tout de lui, qui espère tout de lui, qui a confiance en Lui son Dieu, son Créateur.
        Hélas ! ils sont peu nombreux ceux qui arrivent à vivre cet abandon filial. Car, pour plusieurs enfants, il est très difficile de reconnaître leur impuissance, leurs limites, de renoncer à leur façon de faire, à leurs vieilles habitudes. Très difficile de renoncer au vieil homme avec toute son arrogance, son air de supériorité, son orgueil, pour laisser la place à l’homme nouveau revêtu de la grâce sanctifiante (Eph 4, 24), cet homme nouveau qui aime, qui adore, qui loue, qui respecte son Dieu, son Créateur, son Père. Par tout cet amour, il découvre au fond de lui la connaissance de savoir jusqu’où le Père l’a aimé en lui donnant son Fils unique venu le racheter par sa Passion et sa Mort et lui ouvrir les portes du Ciel.
        Quand cet amour a pris racine en lui, son coeur commence à s’ouvrir pour accueillir les grâces, les vertus, les fruits que l’Esprit Saint vient déposer en lui. C’est à ce moment qu’il commence à connaître son Père, à lui faire confiance, et, petit à petit, il goûte les fruits savoureux de l’abandon quand il comprend que Dieu est son Père, que Dieu est amour (1 Jn 4, 16), que Dieu l’a aimé le premier tel qu’il était avant même sa conception.
        Cette pensée dépasse son intelligence, car il n’est pas habitué à recevoir tant d’amour et, dès ce moment, avec un coeur contrit il demande pardon pour son arrogance, son orgueil et humblement il accepte de mourir à lui-même pour enfin vivre dans le saint abandon.
        Voilà ce que je voulais te dire ce soir pour que tu comprennes jusqu’où doit vous mener la vie dans un abandon total entre les bras de Dieu le Père : un dépouillement total « du faire » pour accueillir « d’être » ce que le Père espère de chacun de vous qui arrivera à être cet enfant de lumière qui vit pour accomplir, la volonté de Celui qui l’a créé, lui aussi.
        Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Ton Sacré-Coeur de Jésus
16 janvier 2011

22 – L’Église vit sa passion, on la croira morte ;
elle ressuscitera et connaîtra une nouvelle
Pentecôte d’amour.

        Que la paix soit avec toi petite fille de mon Sacré-Coeur. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu mon Père.
        Vois-tu, mon enfant, comment ma très Sainte Mère t’a préparée d’avance à recevoir cette brochure qui est un puits où tu viendras puiser l’eau vive (cf. Jn 4, 10) qui coule de mon Sacré-Coeur, car je t’amène à vivre la spiritualité de ce Coeur qui a tant aimé ses frères et soeurs. Regarde comment je suis tout amour, toute délicatesse, comment je prends soin de tout quand je trouve une âme qui se donne totalement à moi, une âme qui honore et qui aime cette dévotion si chère à mon Coeur.
        En ce moment l’on voit les séminaires, les communautés, les monastères se vider : on croit qu’ils vont tous disparaître un jour, que l’Église s’en va directement à sa mort comme son fondateur. Mais ce que les enfants du mal ignorent, c’est que mon Église aussi doit passer par son Vendredi saint. On la croira morte comme ils ont cru qu’ils en avaient fini avec moi à la mise au tombeau… Et c’est à ce moment que j’ai remporté la victoire, j’ai vaincu la mort, mon dernier ennemi. La Vie a vaincu la mort avec ma Résurrection.
        Et quand l’heure va sonner, l’Église aussi ressuscitera toute belle, toute humble, toute pure comme aux premiers temps. Car vous allez tous vivre ma nouvelle Pentecôte d’Amour où l’Esprit Saint viendra laver tout ce qui est souillé, vous remplir de sa force, guérir vos faiblesses pour que vous puissiez marcher sans aucun danger sur les chemins de ce monde.
        Il viendra inspirer vos paroles pour cette grande tâche de la nouvelle évangélisation où vous allez allumer la divine flamme de l’Amour Trinitaire dans les coeurs de ceux que je placerai sur vos routes, pour faire fuir l’ennemi qui veut la perte de mes enfants et ramener au Père tous ses enfants dispersés. Mon Église recevra un nouveau souffle pour rendre tout honneur, toute Gloire, tout amour au Dieu Trinitaire.
        Tu verras aussi, mon enfant, comment tous mes prêtres ont au fond de leur coeur cet appel reçu le jour de leur ordination lorsque l’évêque les a appelés par leur nom, et qu’ils ont répondu « Me voici ». Avec le temps, certains ont étouffé cette réponse et sont partis vers des chimères, ils se sont éloignés et même ils ont renoncé à suivre le Saint-Père, successeur de Pierre. Tu verras, mon enfant, comment peu à peu les écailles de leurs yeux vont commencer à tomber. Ils vont se réveiller, ils vont comprendre tout le mal qu’ils ont fait, tout le mal qu’ils se sont fait à eux-mêmes, et à ce moment ils vont revenir au bercail en demandant pardon, en reconnaissant la gravité de leurs fautes. Ils vont se jeter au pied des évêques en demandant pardon. Le Père sera là pour les accueillir comme ses bien-aimés, comme ses fils de prédilection. C’est pour cela mon enfant qu’on ne doit pas juger un prêtre ; on doit prier pour lui, le soutenir, l’encourager. Lorsque vous entendez dire qu’on condamne un prêtre, vous ne savez pas si c’est vrai ou si c’est une calomnie.
        Priez pour le Saint-Père, priez pour les prêtres. Priez aussi pour les religieuses pour que les communautés deviennent des maisons de prières, d’adoration, de jeûne, de sacrifices, où l’on vit la charité, la paix, dans une grande humilité. Qu’on ferme les portes aux tendances du monde pour laisser toute la place à l’essentiel : la spiritualité de chaque fondateur ; qu’on revienne aux origines, aux règles que l’Esprit Saint leur a inspirées.
        Vois-tu, mon enfant, l’importance de prier, de faire des offrandes pour tous mes consacrés ? Merci pour ta grande générosité de prier pour eux, jour et nuit. Et à toi aussi je dis : Occupe-toi de mes affaires et laisse-moi m’occuper des tiennes ! Je ne t’ai pas oubliée. Dans les jours à venir, vous verrez à nouveau la Gloire de Dieu (Jn 11, 40). Continuez à croire, à prier et à espérer.
        Voilà ce que j’avais à te dire aujourd’hui. Reçois ma bénédiction et mon baiser de paix, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
18 janvier 2011

23 – Se revêtir de l’armure du chrétien pour arrêter
les flèches que le monde envoie par les médias,
la télévision, l’internet…

        Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur pour la Gloire de Dieu, son Père.
        Mon enfant, aujourd’hui je vais te parler de l’armure du chrétien. En ces temps qui sont les derniers, il faut que tous les enfants de lumière soient revêtus du casque du salut (Eph 6, 17) pour empêcher toutes mauvaises pensées, toutes paroles qui veulent empoisonner vos esprits, avec ces images diaboliques qui veulent votre perte, je parle de celle de votre âme. Vous devez vous revêtir de la cuirasse de justice pour arrêter toutes ces flèches que le monde vous envoie soit par les médias que sont les journaux, les films, la radio, les magazines.
        Et quoi dire de la télévision, l’internet, etc. Pour vous protéger de tous ces dangers, vous devez porter la ceinture de vérité et de fidélité, être vrais et fidèles envers Dieu et envers vous-mêmes pour arriver à garder votre paix malgré tout ce qui se passe autour de vous.
        Prenez l’épée de l’Esprit Saint, c’est-à-dire, la Parole de Dieu (Eph 6, 17), pour avoir le courage d’aller proclamer votre foi, votre engagement en Église, d’annoncer l’Évangile avec un esprit de miséricorde, d’humilité, de patience et de douceur. On vous reconnaîtra comme de vrais disciples de Jésus Christ qui imitent ses vertus et qui marchent dans ses pas en fréquentant la sainte Eucharistie. Ainsi, vous vivrez de sa Vie.
        Voilà l’importance capitale de vous revêtir chaque jour de cette armure divine de la foi en Celui qui vous a créés, Dieu le Père, de l’espérance qui devient confiance en Celui qui vous a rachetés Dieu le Fils, de la charité qui vient vous sanctifier, Dieu Esprit Saint qui vous ouvre au Père et qui comble de grâces tous ceux qui aiment le Seigneur.
        Si vous prenez cette belle habitude, vous allez voir comment vous allez passer de victoire en victoire dans tous les combats auxquels vous ferez face chaque jour. C’est cette armure qu’ont utilisée les apôtres, les martyrs et les disciples de tous les temps, le moyen par excellence qui vous protège contre toutes les embûches du démon.
        Alors, faites-moi confiance en l’utilisant tous les jours. Allez souvent au sacrement du Pardon, récitez le chapelet et recevez la sainte Eucharistie pour rester en état de grâce. Soyez bénis mes enfants, je vous aime. Je vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
19 janvier 2011

24 – Prendre l’habitude de demander la bénédiction
du Très-Haut avant d’entreprendre quoi que ce soit.

        Merci, mon enfant, de me donner la priorité dans ta journée. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
        Vous devez, mes enfants, prendre l’habitude de demander au Très-Haut de vous bénir avant de faire quoi que ce soit, pour arriver à tout faire pour sa Gloire à l’exemple de son Fils unique Jésus Christ et de votre céleste Maman. Au début, cela peut vous paraître difficile, mais au fur et à mesure vous allez le faire sans même y penser. Demandez l’aide de votre ange gardien, il se fera un plaisir de vous apprendre.
        C’est un autre chemin pour faire la Divine Volonté de votre Père trois fois saint. Au fond de vous-mêmes, vous allez vous accrocher à vivre cette intimité, et votre amour va devenir chaque jour plus grand, plus fort. Peu à peu, vous allez commencer un dialogue avec votre Dieu et Seigneur, jusqu’au moment où vous allez être en oraison pour nourrir votre âme, vous laisser nourrir et combler de tout l’amour que Dieu le Père veut déverser en vos coeurs. Et vous recevrez le feu du Coeur de Dieu le Fils qui viendra vous enflammer par Dieu l’Esprit Saint.
        Cela servira à former cette unité tant désirée par mon doux Jésus, comme Il l’a demandée à son Père le soir du Jeudi saint. Jésus veut que ses enfants soient un comme Il l’est avec son Père. Il veut offrir au Père tous ses enfants qui forment une seule famille, avec un seul Père, une seule mère : l’Église, catholique, sainte et apostolique.
        Voilà pourquoi l’Esprit Saint a inspiré à ses enfants de prier pour l’unité des Églises, pour que toutes reviennent à leur fondateur Jésus le Christ notre Seigneur qui a confié son Église à Pierre. C’est pour cela que vous devez être fidèles au pape, car c’est lui qui a été choisi par le Dieu Trinitaire, et aucun autre. Un seul Dieu, un seul pape.
        Continuez à prier pour le Saint-Père et pour tous les prêtres. Ils ont ce pouvoir inouï de faire descendre du Ciel le Fils de Dieu avec toute la cohorte céleste au moment de la Consécration. Soutenez-les, encouragez-les, aimez-les, car ils sont très contestés ces temps-ci. L’ennemi s’acharne contre eux, car il sait qu’ils sont d’autres Christ. Priez, priez, priez pour mes fils de prédilection. Merci, mes enfants. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, l’Immaculée Conception
20 janvier 2011

25 – Puissance du saint nom de Jésus. Le prononcer et l’invoquer en toutes circonstances.

        La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
        Oui, mon enfant, c’est moi, l’Immaculée Conception, qui te parle en ce moment par le Vouloir divin ; remercions le Très- Haut, car il a fait des merveilles. Persévérez dans la louange, l’adoration et la prière du coeur.
        Ainsi vous allez éviter de tomber dans les pièges du désespoir, de l’impatience, du manque de confiance ; tu sais mon enfant, quand un enfant manque de confiance ou doute, cet enfant blesse profondément le Coeur-Sacré de Jésus. Quand le doute veut s’installer dans vos coeurs, vite dépêchez-vous de dire « Jésus, j’ai confiance en Toi », « Jésus, je crois en Toi » ou simplement prononcez son saint Nom : « Jésus ». Vous allez voir comment la paix revient dans vos coeurs.
        Même la nuit quand vous n’arrivez pas à dormir, commencez à dire Jésus, Jésus, Jésus, très lentement, car le nom de Jésus est très puissant, le nom de Jésus guérit, réconforte ses enfants, donne la joie où il y a la tristesse, donne la force où il y a la fatigue, donne le courage où il y a l’impuissance, donne la paix où il y a l’agressivité et l’on pourrait continuer…
        Le nom de Jésus est Tout-Puissant, libérateur, le nom de Jésus est amour, tendresse, etc. Prenez l’habitude de répéter le doux nom de Jésus en toute circonstance, et vous allez constater comment cela va changer votre façon de voir toutes choses, comment les yeux de votre coeur vont s’ouvrir par la Toute-Puissance du saint Nom de Jésus, et comment vous allez l’aimer davantage.
        Merci, mes enfants, de recevoir mes enseignements avec amour. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
24 janvier 2011

26 – Le Tout-Puissant vous guidera et vous protégera
comme Il a protégé les Hébreux au désert.

        Bénie sois-tu, mon enfant, d’être attentive à mon appel. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
        Me voici à nouveau pour te dire : Ne craignez pas, soyez assurés que tout doit s’accomplir selon les prophéties qui vous ont été annoncées dans les Saintes Écritures. Bien sûr que par les prières d’intercession vous pouvez obtenir beaucoup de la miséricorde de Dieu. Profitez du peu de temps qui reste. Voilà l’importance de prier, de réciter le Rosaire, de faire de l’adoration, car la paix dans le monde est en péril. On veut éliminer une grande partie de l’humanité, on veut tout faire pour réduire le nombre des habitants de la terre.
        Mais n’ayez pas peur, le Seigneur, le Tout-Puissant sera là pour vous protéger comme il a protégé et guidé son peuple pendant quarante ans au désert. Son pouvoir est le même hier, aujourd’hui et demain. Faites-lui confiance.
        Les catastrophes vont s’aggraver, mais il faut que tout cela arrive. La persécution dans l’Église va augmenter. Mais dis-toi bien, mon enfant, que personne ne peut arrêter ce qui est déjà commencé. Seules la prière et l’adoration peuvent en atténuer les conséquences.
        C’est pour cela que partout dans le monde je vous demande de prier, prier, prier pendant qu’il y a du temps : après ce sera trop tard. Ne vous laissez pas troubler par toutes sortes de choses que vous entendez et que vous allez entendre encore.
        Continuez à garder votre paix, votre calme, en sachant que votre céleste Maman vous enveloppe de son manteau de protection. Tous mes enfants qui ont dit un oui à l’Amour sont sous mon manteau qui est devenu une grande tente pour abriter mes tout-petits.
        Merci, mes enfants, de votre fidélité. Merci de votre amour. Je vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
25 janvier 2011

27 – Vous vivez sur terre la bataille des esprits :
Le bien contre le mal.

        Oui, mon enfant, que la paix soit avec toi. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
        En ces temps, vous vivez la bataille des esprits : le bien contre le mal, l’armée de saint Michel Archange contre la milice des mauvais esprits qui ont à leur tête Lucifer. C’est le combat des combats.
        On vous a dit que l’enfer est vide 1, car tous les démons sont sur la terre. Mais sachez-le aussi, le Ciel est vide 2, car toutes les phalanges d’anges sont sous les ordres de saint Michel, car le Père trois fois saint a envoyé tous ses anges pour vous protéger, vous défendre, vous soutenir, vous guider. La cible du mal c’est la perte de votre âme et la destruction de votre corps. Et en vérité je vous le dis : il n’y a rien de pire que cette lutte des esprits, car vous ne savez pas par où, par qui, comment ni quand, vous serez atteints.
        C’est pour cela que nous vous demandons d’être très vigilants, de rester en tenue de service (Lc 12, 35), de fixer le Soleil de justice (Ml 4, 2), mon doux Jésus-Amour. Évitez de regarder à droite et à gauche, regardez toujours votre Jésus, suivez-le, suivez ses pas et sa doctrine. Préservez-vous de tout mal, car aujourd’hui le mal est partout.
        Et vous savez ce qu’est le mal, car la Loi de Dieu est inscrite dans vos coeurs. Voilà le grand cadeau que vous a fait Dieu le Père. C’est à vous de suivre ses Commandements (Ex 20), de vous revêtir de l’armure du chrétien (Eph 6, 17) pour échapper aux puissances du mal, en vivant et en vous occupant de l’essentiel, en refusant toutes sortes de distractions qui vous empêchent d’entendre la voix de l’Esprit Saint, en gardant le silence, rejetant toutes sortes de bruits comme la radio, la télévision, l’internet, etc.
        Soyez très attentifs, mes enfants. Vous devez combattre chaque jour contre le vieil homme (Col 3, 10) qui est encore en vous, qui veut vous fatiguer en épuisant vos forces par des choses inutiles.
        Gardez votre paix en revenant à la source, venez vous reposer dans ce coeur à coeur avec votre Jésus. Il est toujours là à vous attendre dans le tabernacle, toujours en quête d’une visite, d’une parole, d’un soupir. Revenez à l’essentiel : la prière, l’adoration pour que l’homme nouveau prenne plus de place en chacun de vous (Eph 4, 24). Venez-vous nourrir dans le silence de votre coeur, vous préparer à recevoir le Roi des rois dans la sainte Eucharistie.
        Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia !

~

Jésus, Maître de l’univers
27 janvier 2011

28 – Vous entrez dans une nouvelle étape
du plan du Père en vue du Retour prochain de Jésus.

        Oui, mon enfant, vous venez d’entrer dans une autre étape du Plan de Dieu le Père pour vous préparer à mon prochain Retour. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang, et que tout soit pour sa sainte Gloire.
        Vous venez de franchir une étape de plus, je parle à mes enfants de lumière, ceux qui ont dit au Père (Ps 39) : « Oui, nous voici pour faire ta Volonté. » Je vous demande encore aujourd’hui d’être très vigilants et très attentifs à l’agir du Saint-Esprit. Il est bien à l’oeuvre parmi les enfants de lumière pour vous donner toutes les grâces nécessaires, tous ses fruits, tous les dons et charismes dont vous aurez besoin pour aider les autres lorsque l’heure sonnera.
        Tous les jours, demandez à ma très Sainte Mère de vous couvrir de son manteau d’humilité, de paix, de douceur et aussi de patience envers les autres.
        Évitez, je vous en prie, de vous énerver en voyant les défauts, les faiblesses de votre prochain. Regardez plutôt les efforts qu’ils ont faits pour se corriger ; ainsi, vous éviterez de porter des jugements.
        Il ne faut pas oublier qu’au soir de votre vie, on va vous mesurer avec la mesure que vous avez employée avec les autres. Je le répète, ne jugez pas, ne critiquez pas. S’il arrive que vous n’aimiez pas quelque chose chez les autres, vite, mes enfants, donnez-le-moi, je saurai changer ce malaise et vous redonner la paix, l’amour, la patience…
        Pourquoi est-ce que je vous parle de tout cela ? Pour vous apprendre à être plus tolérants et plus attentifs, à ne pas manquer à la charité : on commence par de toutes petites choses, puis peu à peu, cela devient une habitude.
        Entendez ce que vous entendrez, voyez ce que vous verrez, ne jugez pas, ne condamnez pas. Priez plutôt, et remerciez le Père trois fois saint de vous avoir préservés de faire de pareilles choses, et priez pour les autres. Attention à ne pas tomber dans le piège du : « je n’ai rien dit », alors que dans vos coeurs vous prononcez toutes sortes de jugements. N’oubliez pas que Dieu voit tout, Dieu entend tout. Soyez très compréhensifs les uns envers les autres, car notre ennemi essaie de semer la division partout.
        En ce moment, je peux vous dire qu’il n’y a pas beaucoup d’enfants qui vivent la charité à son juste degré, la charité qui est le fruit de l’amour de Dieu Trinitaire, la charité de celui qui aime la Sainte Trinité vraiment. C’est pour cela que je vous ai dit : « On reconnaîtra que vous êtes mes disciples à l’amour que vous avez les uns pour les autres » (Jn 13, 35). Je veux vous apprendre à vivre réellement ma saine doctrine. Formez une seule famille unie des enfants de Dieu le Père pour commencer à préparer la Nouvelle Terre et hâter son avènement, cette nouvelle société d’amour qui va accueillir l’amour du Père, l’amour du Fils, par l’amour du Saint-Esprit qui va enflammer tous les coeurs de bonne volonté.
        Merci mes enfants, de bien accueillir mes enseignements. Je vous porte dans mon Coeur et vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Jésus, ton Roi d’amour
28 janvier 2011

29 – Marie a obtenu du Père la grâce de l’illumination
des consciences pour donner une dernière chance
de faire le bon choix.

        Que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu mon Père.
        Voici venir le temps où l’on va envier les morts, le temps où toutes les prophéties vont s’accomplir, le temps où les saints Anges viendront séparer l’ivraie du bon grain (Mt 13, 24), le temps où le Fils de l’homme fera ses délices parmi ses frères et ses soeurs de toute race et de toute langue qui n’auront qu’une seule croyance, un seul Dieu, un seul Père, où l’amour de Dieu circulera librement dans tous les coeurs de nos enfants.
        Ce sera le temps où l’amour régnera sur la terre, où la paix régnera dans chaque coeur, où la joie couvrira toute la création pour vous faire contempler la Gloire de votre Dieu et votre Père. Quelle joie, mon enfant ! Mon Sacré-Coeur tressaille d’allégresse à la pensée de cette ère de paix et l’Amour Trinitaire.
        Mais hélas ! pour arriver à ce temps, il faut d’abord passer par le temps de la grande tribulation où chaque enfant devra se prononcer et dire oui à Dieu ou dire oui au démon, et vivre avec les conséquences qui découleront de son choix. Ce sera l’heure solennelle où vous choisirez pour toujours le lieu de votre destination.
        C’est pour cela, mon enfant, que ma très Sainte Mère a obtenu de la miséricorde du Père trois fois saint cette grâce de vous faire vivre l’illumination des consciences. Cela vous fera comprendre une fois pour toutes que Dieu existe vraiment et vous fera voir où vous ont conduits le péché et votre façon de vivre, où vous ont conduits votre éloignement des sacrements et votre tiédeur. Cet événement sera une prise en charge pour vous réveiller de votre torpeur, pour secouer votre esprit et vous mettre en marche sur la route qui vous conduit au Royaume éternel où le Père vous attend les bras grands ouverts.
        Voilà pourquoi vous devrez vivre cet événement. Plusieurs enfants ne veulent pas y croire, d’autres le voient seulement d’un côté catastrophique, et très peu le saisissent comme la dernière chance que le Ciel leur offre de revenir à Moi, votre Dieu et votre Seigneur.
        Préparez-vous par la prière et l’adoration pour arriver à vivre tout cela dans ma paix, dans la confiance à ma Providence avec la grâce de l’Esprit Saint, en entrant dans la nouvelle Arche, le Coeur Immaculé de Marie et le Sacré-Coeur de Jésus, pour vous protéger de cette tempête des derniers temps.
        Je vous aime. Je vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
30 janvier 2011

30 – Le glaive de la Justice divine est suspendu
sur vos têtes. Il y a encore un petit reste fidèle.

        La paix soit avec toi. Signe-toi mon enfant et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus-Amour pour la Gloire de Dieu son Père.
        Vraiment, mon enfant, il n’y a plus de temps à perdre. Il vous faut donner la priorité au Très-Haut, car tout est mesuré, vous ne voulez pas comprendre que le glaive de la Justice divine est suspendu au-dessus des têtes des enfants de la génération actuelle qui a dépassé toutes les limites imaginables et inimaginables. Une puanteur extrême se dégage de votre planète terre et l’enveloppe : c’est l’odeur nauséabonde du péché que le Ciel a en grande horreur.
        Ce qui console le Sacré-Coeur de mon Jésus, ce sont les petites lumières qu’on voit un peu partout, les lumières de son petit reste fidèle des enfants de lumière qui se laissent encore guider par la Lumière du monde, Jésus, le Fils de Dieu.
        Et avec ses petites flammes d’amour, Il va rallumer la petite étincelle qui est bien cachée dans les coeurs en ce moment de grande noirceur. Voilà l’importance d’être et de vivre dans la vérité de l’Évangile, de bien le méditer, en demandant à l’Esprit Saint de vous éclairer en vous donnant chaque jour les grâces dont vous aurez besoin pour vous mêmes et pour les autres qui seront sur vos chemins.
        Car vous êtes aussi, en cette nuit de grande confusion, la lumière du monde (Mt 5, 14). Cette nuit où les mauvais esprits sont déchaînés et font tout pour décourager le monde, pour les amener à vivre dans une grande violence, pour leur faire perdre toute espérance et les amener peu à peu au suicide en leur faisant croire que tout finit avec la mort du corps. Sottise humaine de croire cela. Prie, mon enfant, pour tous les suicidés. On vous disait autrefois que tous les suicidés allaient en enfer… Mais non, mon enfant, il y en a qui, au tout dernier instant demandent pardon. Ceux-là sont au purgatoire, trop souvent oubliés par leurs familles et leurs amis. Merci de prier pour eux, car en ces temps il y a beaucoup plus de victimes de suicide que vous ne le croyez. Fréquemment, on vous dira qu’une personne est décédée suite à la maladie ou de cause naturelle, alors que c’était plutôt un suicide. Auparavant, le plus grand nombre de suicides survenaient chez les adolescents, mais aujourd’hui il y en a de plus en plus chez les personnes âgées. Il faut prier pour tous ceux qui sont atteints par le désespoir, ceux qui ont perdu le goût de vivre, ceux qui se sont éloignés de l’Église, de la foi, ou pire encore de Dieu.
        Merci, mes enfants, de votre grande générosité et de vos prières pour tous vos frères et vos soeurs en Jésus Christ. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
31 janvier 2011

31 – Le choc que subiront ceux qui pensent que jamais
ils ne feront face à Dieu  ! Le ministère dans l’invisible.

        Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
        Oui, mon enfant, rends grâce au Seigneur car il fait des merveilles à nouveau, grand est son Nom ! Que ton petit coeur soit dans l’allégresse, la reconnaissance… Je t’en prie mon enfant, continue d’intercéder pour tous tes frères et tes soeurs du monde entier, surtout pour tous ceux et celles qui ne veulent pas croire en Dieu, notre Seigneur, ceux et celles qui sont plongés dans les pièges que l’ennemi leur a préparés.
        Ces enfants insensés croient dans leur tête et dans leur coeur, presque à cent pour cent, que jamais ils ne feront face à Dieu pour lui rendre compte de tout ce qu’ils ont fait et aussi de tout ce qu’ils n’ont pas fait pour Dieu, pour leur prochain, pour eux-mêmes. Ce sera un très grand choc pour certains, pas pour tous, car il y en a plusieurs qui ont tout donné à Satan.
        C’est pourquoi l’on vous demande des prières d’intercession. C’est un grand ministère non connu à sa juste valeur. Il faut avoir une âme généreuse pour l’accepter, le pratiquer, le mettre à l’oeuvre dans le silence du coeur, dans la vie cachée de tous les jours sans que personne ne s’en aperçoive. Je vous dirais d’accepter ce ministère dans l’invisible pour qu’il devienne visible aux yeux de Dieu le Père qui voit dans le secret du coeur de chacun de ses enfants.
        C’est un ministère basé sur une vie de prière, d’offrande, de sacrifice, d’oubli de soi en faveur des autres qui sont dans le besoin, tout en continuant à vivre dans le monde. C’est plus facile pour les contemplatifs ou contemplatives dans les monastères ou les communautés, mais en ce moment nous avons besoin de laïcs consacrés qui acceptent de bon coeur d’intercéder pour tous leurs frères et leurs soeurs.
        Merci, mon enfant, pour ta grande générosité, et prions le Père trois fois saint d’envoyer des ouvriers à sa moisson en ces temps qui sont les derniers. Merci mes enfants de votre générosité et ensemble faisons un petit peu plus chaque jour pour ramener un plus grand nombre d’enfants dans les bras du Père Tout-Puissant. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Sacré-Coeur de Jésus
1er février 2011

32 – Mes enfants sont indifférents à mes appels.
La Vierge Marie affligée pleure pour ses enfants.

        Oui, mon enfant, mon Coeur saigne à nouveau de voir et de constater que l’indifférence est bien installée dans les coeurs d’un grand nombre de mes enfants. Ils ont fermé la porte à l’appel déchirant de mon Sacré-Coeur, le grand mendiant de votre amour… « J’ai soif, j’ai soif de votre amour et mes enfants sont indifférents à mes cris ! » (cf. Jn 19, 28) Signe-toi, mon enfant, et écris, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de Dieu mon Père.
        Mon Coeur saigne aussi de voir ma très Sainte Mère si affligée, de la voir pleurer pour ses enfants qui ne veulent pas de leur salut en n’accueillant pas son Fils, Celui qui est et qui a les Paroles de vie. Oui Je suis le Verbe de Dieu, le Fils unique du Père, Celui qui a pris chair de la Vierge Marie. Ma Mère parcourt le monde pour vous avertir du grand danger qui est à vos portes, vous appelant à la conversion, vous demandant de prier, de jeûner, de faire pénitence avant qu’il ne soit trop tard…
        Je vous aime, je suis la Miséricorde, je suis votre Dieu, mais ma Divinité m’oblige à laisser de côté ma miséricorde et laisser la place à la Justice divine. C’est pour cela que mon Sacré-Coeur et le Coeur Immaculé de ma très Sainte Mère versent des larmes de sang… Nous savons ce qui est à vos portes, nous savons que le temps de la miséricorde de Dieu touche à sa fin.
        C’est pour cela que je vous demande, mes enfants, de nous aider à retenir le bras de la justice du Père par vos prières et par votre adoration, permettant ainsi d’abréger le temps de la Justice divine.
        Cependant, mes enfants, demeurez dans la paix, gardez votre confiance en Celui qui a donné sa vie pour vous sauver. Merci mes enfants fidèles, je vous aime, je vous aime, vous consolez ce Coeur si peu aimé.
        Aux moments de détresse, n’oubliez pas, les enfants, que Je suis avec vous jusqu’à la fin des temps. Je ne vous abandonnerai pas. Ma Mère sera là aussi pour vous guider, vous protéger. Priez, priez, priez pour ne pas succomber à la tentation. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Mère des Douleurs
2 février 2011
Présentation de Jésus au temple

33 – Joie et souffrance de Marie choisie comme
Mère de Dieu. Déchaînement des éléments de la nature
avant l’illumination des consciences.

        Merci, mon enfant, pour ta bonne volonté à vouloir faire en tout la Volonté du Très-Haut. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
        En ce grand jour de la Présentation au temple du Seigneur à son Seigneur, je veux te partager, mon enfant, la joie et la souffrance de mon Coeur Immaculé au moment où l’archange saint Gabriel m’a annoncé que Dieu désirait que je sois la Mère de son Fils.
        J’ai dit mon « fiat » et j’ai accepté de vivre dans la souffrance tout le reste de ma vie. Je connaissais par coeur les Saintes Écritures ; je savais ce que mon divin Fils devrait souffrir pour opérer votre rédemption ; je savais que seuls les petits étaient pour l’accepter et croire en lui, la Lumière du monde.
        Dès qu’il fut dans mon sein virginal, il contemplait son affreuse Passion et cela, mon enfant, transperçait mon Coeur Immaculé. Sa pire souffrance était de voir tous les enfants qui se perdraient au fil des siècles sans vouloir accepter leur salut, sans vouloir reconnaître le sacrifice suprême d’un Dieu mourant sur une croix.
        Tu sais que si le Père acceptait, mon doux Jésus serait prêt à venir mourir encore une fois pour ses enfants. C’est là sa grande souffrance de savoir qu’il ne peut plus rien faire. Dieu respecte votre volonté et votre liberté, et il doit accepter votre choix, vous laisser libres d’aller où votre choix vous conduira.
        Moi, je pleure des larmes de sang de voir sa souffrance, et aussi de voir le grand nombre de ses enfants qui vont se damner.
        C’est pour cela, mon enfant, que je parcours le monde en ces derniers temps pour vous demander des prières, des sacrifices, de dire autant que possible le saint Rosaire qui est l’arme puissante pour contrecarrer les forces du mal. Essayez d’obtenir la grâce du repentir dans les coeurs de ceux qui vont mourir dans les jours à venir à cause de ces événements catastrophiques qui vont arriver un peu partout dans le monde.
        La nature est vraiment déchaînée, elle crie vengeance à son Créateur, elle a en pitié la terre qui est saturée du sang de tant d’innocents, de tant de bébés avortés, de tant de violence de toutes sortes, de tant de martyrs…
        Toute la création est consternée de voir votre irrévérence vis-à-vis de votre Créateur, votre Dieu et Seigneur. Vous n’avez plus de respect pour la vie. L’obéissance aux lois de Dieu n’existe plus sauf pour le petit reste du petit reste.
        Je suis si affligée par tout ce qui vous attend. Crois-moi, mon enfant, ce sera terrible pour quelques nations, surtout celles qui sont contre la vie. Le Père va laisser faire les éléments de la nature jusqu’au moment où Il dira : c’est assez ! pour laisser place à la grande illumination des consciences, au moment où chaque enfant vivra un jugement particulier à l’instant où tout va s’arrêter pour écouter la voix de Dieu. Vous allez voir comment toute la création obéit à la voix de son Créateur, sauf l’être humain qui se croit supérieur à lui, qui va jusqu’à nier l’existence de Dieu, le Créateur de tout l’univers.
        Mes enfants, priez pour tous les incroyants. Priez et soyez très vigilants pour garder votre âme en état de grâce. Priez pour entretenir l’huile de la foi dans vos âmes : ainsi quand l’Époux de vos âmes reviendra, il vous trouvera avec vos lampes bien allumées en cette nuit de grande confusion. Merci, mes enfants. Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
4 février 2011
Premier vendredi du mois

34 – Grâces de choix et fruits d’une visite
au Saint Sacrement. Joie et consolation
pour le Sacré-Coeur de Jésus.

        Oui, mon enfant, rends grâce au Seigneur pour cette paix. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ ton Seigneur.
        Si tu savais la grande joie que vous donnez au Sacré-Coeur de mon doux Jésus quand il vous voit devant lui au Saint Sacrement de l’autel. Présentez-Lui un coeur libre de tout souci, de toute distraction, de toute entrave. Si tu savais les grâces de choix qu’il dépose dans vos coeurs quand vous arrivez devant lui avec un coeur d’enfant, un coeur plein d’amour qui se laisse façonner au feu de son amour. Si tu savais avec quel amour il vous reçoit pour refaire vos forces, pour vous donner tout ce dont vous avez besoin pour votre journée.
        Mais hélas ! ce ne sont pas tous les coeurs qui se présentent devant lui qui lui permettent de le laisser faire et qui veulent se reposer en lui. Merci, mes enfants, de bien accueillir tout l’amour qu’il veut vous donner, en partie seulement car vous ne seriez pas capables de recevoir tout cet océan d’amour. Il vient vous arroser, vous rafraîchir avec une pluie de grâces.
        Merci de consoler son Coeur si peu aimé. Ce Coeur qui vous aime à la folie, ce Coeur qui vous appelle chaque jour pour venir à sa suite. Merci pour tous vos oui d’amour, pour être de vaillants soldats de cette armée céleste choisie par Dieu Trinité. Merci, mes enfants. Recevez ma paix. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint- Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Mère de l’Église
5 février 2011
Premier samedi du mois

35 – Importance d’obéir à l’Église, au pape.
Quelques critères pour repérer les faux prophètes.

        La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
        Oui, mon enfant, c’est moi, l’Immaculée Conception, la Mère de mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils Jésus-Amour, qui te parle en ce moment par le Vouloir divin de Dieu le Père.
        Aujourd’hui, mon enfant, on va parler de l’importance d’être obéissant à l’Église et à son chef, le pape qui est le successeur de Pierre, le seul à qui mon Seigneur a donné les clés de Son Royaume. C’est lui, son représentant sur la terre, que vous devez suivre, pour qui vous devez prier pour le soutenir dans son lourd ministère, car il est contesté de toutes parts.
        On veut même l’anéantir totalement, on veut le détruire pour qu’il laisse la place à l’Antéchrist qui veut s’asseoir sur son trône, pour faire croire aux peuples de la terre qu’il sera le nouveau pape, l’envoyé de Jésus, qui a reçu tout pouvoir du Ciel. Vous allez le reconnaître par la fausseté de ses paroles. Il va même citer quelques phrases de l’Évangile en leur donnant un autre sens. Il va permettre le mariage des prêtres, l’ordination des femmes, et que dire de l’homosexualité… En résumé, il va tout permettre pour se faire aimer et ensuite pour se faire adorer par ses adeptes.
        Pourquoi est-ce que je vous parle de tout cela ? Pour vous prévenir comme je le fais un peu partout. Vous devez vous préparer en demandant la grâce de la persévérance finale, en méditant les Saints Évangiles. Vous savez bien qu’on ne peut rien y changer, rien y ajouter et encore moins rien y enlever.
        Vous devez être très vigilants car en ces temps il y a beaucoup de faux prophètes. Faites attention, vous les reconnaîtrez à leurs fruits.
        Voici quelques vérités comme points de repère :
                • Si l’on vous dit que Jésus est vrai Dieu et vrai homme ;
                • Qu’il est le Fils de Dieu le Père, qui, par Amour pour vous, est présent dans la Sainte Eucharistie ;
                • Si l’on vous dit qu’il faut suivre, obéir et croire au pape comme le successeur de Pierre dans l’Église ;
                • Si l’on vous parle de Marie sa très Sainte Mère, qu’on vous la présente comme l’Immaculée Conception, vraie Mère et vraie Vierge ;
                • Et si l’on vous dit que tout a été dit dans la Bible, la Parole de Dieu ; allez-y.
        Autrement, laissez passer tous bruits, tous vents, et poursuivez votre route. Il y a beaucoup d’enfants qui, par curiosité, tombent dans les pièges. Pour avoir des nouvelles, lisez la Bible.
        En ce moment, nous vivons l’accomplissement de la Parole de Dieu, selon ce qui vous a été dit par les prophétes. C’est pour cela que je vous parle ce soir : vous entendrez parler de plus en plus, d’un personnage qui répandra toutes sortes de faussetés. Laissez-le aller sans le juger, sans vous surprendre.
        Priez, priez, priez et restez centrés sur l’essentiel. Je dois vous prévenir car le temps presse.
        Continuez à prier, à faire de l’adoration, et ensemble suivez cette route que le Père trois fois saint a tracée pour vous tous. Merci de bien accueillir mes paroles. Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Jésus, Lumière du monde
6 février 2011

36 – J’ai choisi mes enfants de lumière.
Allez communiquer la vie, l’amour, la lumière
dans le visible comme dans l’invisible.

        Je suis la Lumière du monde, et celui qui me suit aura la vie éternelle. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang.
        C’est pour cela, mon enfant, que j’appelle enfants de lumière tous ceux que j’ai choisis (cf. Jn 15, 19) et qui m’ont choisi aussi à leur tour, qui ont renoncé au monde, à la chair et au démon. Ils ont choisi de suivre mes Commandements, mes lois d’amour (Ex 20). Vous, mes enfants bien-aimés, mes chers enfants d’amour, vous faites partie de mes enfants de lumière, et je veux vous combler de mon amour, de cette lumière qui vient de Celui qui m’a envoyé, Dieu le Père.
        Jean, mon disciple bien-aimé, a dit (1 Jn 4, 16) : « Dieu est Amour, Dieu est Lumière. » Il a bien compris l’essence de Dieu Trinitaire. Si vous me le permettez, c’est à cela que je vous amène lorsque vous me donnez du temps dans l’adoration : vous faire rayonner d’amour pour que vous soyez lumière en cette nuit si obscure, pour faire avancer les autres en éclairant leur chemin par votre présence, par votre façon d’être, et leur donner le goût de me suivre. Qu’ils sachent que Je suis vivant en chacun de vous, que mon Esprit Saint est agissant en vos coeurs. Cela leur apprendra à me connaître, à me faire confiance, à m’aimer. Qu’ils apprennent que Dieu est vivant, que je suis au milieu de vous, que je ne suis pas un Dieu absent loin de mes enfants.
        Par vous, mes enfants d’amour, je veux donner le goût aux autres de venir me rencontrer au tabernacle. Je veux qu’en vous regardant ils comprennent et ressentent votre paix, votre joie, votre amour, que les coeurs commencent à se réveiller et à sortir de cette léthargie, qu’ils sentent la vie qui circule en vous, l’amour qui rayonne en vous.
        À votre tour, vous communiquez cette vie, cet amour et cette lumière, non seulement à ceux qui sont autour de vous mais à tous les enfants que je vous ai confiés, dans le visible comme dans l’invisible.
        Merci mes enfants de me permettre de faire de vous des canaux par lesquels je peux rejoindre les coeurs éloignés partout dans le monde. Merci de votre disponibilité. Soyez bénis, chers enfants d’amour, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
7 février 2011

37 – Louez Dieu pour tant de bienfaits reçus.
Puissance de la prière, de la bénédiction,
des sacramentaux, lors des épreuves.

         Que la paix et la joie du Christ soient avec toi. Signe-toi et écris mon enfant, couverte de son Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu, son Père. Que votre coeur soit très reconnaissant, que votre âme n’oublie aucun de ses bienfaits, qu’elle exalte le Seigneur trois fois saint.
        Votre vie, mes enfants, doit devenir action de grâce pour tant des bienfaits reçus. Si vous faites un petit examen de votre vie, vous allez constater comment la Providence a été très présente dans les petites choses comme dans les grandes, comment Dieu le Père vous a protégés, comment Dieu le Fils a marché avec vous pour vous montrer la route à suivre et comment Dieu l’Esprit Saint a su vous guider sur le bon chemin, vous a détournés des mauvais sentiers qui se présentaient devant vous avec tous leurs attraits . Pourquoi est-ce que je vous parle de tout cela ? Pour vous faire prendre conscience que la divine Providence a toujours été, est et sera à tout jamais, d’âge en âge, avec tous ceux qui se confient à sa protection.
        Voyez dans l’Ancien Testament comment le Père a protégé le peuple hébreu pendant quarante ans au désert, comment il leur a appris à prier et à bénir. Et voyez, dans le Nouveau Testament comment Jésus, son Fils unique, vous a appris à prier et à bénir en rendant grâce au Père. Voyez comment les apôtres et les disciples l’ont fait, d’âge en âge.
        Pourquoi je vous parle de la puissance de la bénédiction et de la puissance de la prière ? Dans les jours prochains, vous devez vous habituer à tout bénir. Par exemple, pour opérer des multiplications d’aliments et pour vous protéger de tout ce qui vous entoure, car les esprits mauvais sont bien à l’oeuvre pour nuire aux enfants de lumière. Prenez l’habitude, mes enfants, de tout bénir. Vous allez comprendre l’importance et la grande protection que vous pouvez obtenir en posant ce geste.
        Vous savez, quand on vous annonce qu’il y a danger d’une tempête, d’un ouragan ou autre chose, vous pouvez avec la prière, la bénédiction, les sacramentaux, soit éloigner soit atténuer les ravages ou même arrêter les intempéries au nom de Jésus. Même quand il y a une épidémie, vous pouvez obtenir tout cela et davantage avec la foi, la confiance, car vous recevrez la force pour traverser ces épreuves.
        Vous serez instruits par Jésus lui-même aux moments de grande adoration. N’oubliez pas que je serai et je suis avec vous pour vous protéger. N’ayez pas peur. Je dois commencer à préparer vos coeurs, comme une bonne maman qui prend soin de ses enfants. Ainsi, le moment arrivé, vous saurez quoi faire.
        Merci, mes enfants, de vous laisser instruire petit à petit. Continuez à prier à mes intentions sans oublier de prier Dieu le Père d’envoyer des ouvriers, car la moisson est abondante. Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
9 février 2011

38 – Écoutez attentivement ce que l’Esprit Saint
veut vous dire au fond du coeur.

        Dans les jours à venir, il vous faudra vivre dans l’abandon. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ, pour la Gloire de Dieu, son Père.
        C’est le saint abandon dans les bras de votre Père, votre Seigneur et votre Dieu, qui vous aidera à garder votre paix, votre calme, votre joie et votre sérénité.
        Autrement, ce sera très difficile de franchir tous les obstacles, même les petites épreuves de chaque jour. Vos chemins sont parsemés de pièges et d’embûches, comme des tentations de toutes sortes qui, parfois, vous font croire qu’il n’y a rien là, que cela entre dans le cours des choses : car pour le monde, tout est permis…
        Comme de bons soldats, vous devez porter en tout temps l’armure du chrétien afin d’arriver à résister aux attaques avec une fermeté de fer et rester très, très vigilants, sans vous endormir, croyant que vous êtes sauvés, que vous êtes forts, que vous êtes préparés, que vous pouvez vous reposer en toute sécurité. Un bon soldat reste à son poste, toujours aux aguets, vigilant, très attentif au moindre bruit.
        C’est la même chose pour vous qui faites partie de l’armée céleste. Soyez vigilants et attentifs aux appels de la grâce, attentifs à la brise légère (1 R 19, 12) pour écouter ce que l’Esprit Saint veut vous dire au fond du coeur et vous avertir des dangers, des tentations.
        Abandonnez-vous comme des petits enfants dans mes bras de Maman, je saurai vous protéger et vous guider pour faire face aux épreuves que la vie vous présente. Je veux vous apprendre à vous abandonner totalement à la Divine Providence, à garder la paix et à vivre dans la paix que seul mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils, peut vous donner.
        Merci de continuer à prier à mes intentions. Je vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Trône de la sagesse
10 février 2011

39 – L’Esprit Saint, promis par Jésus, vient répandre
son souffle pour nous initier à la vie
dans la Divine Volonté.

        Que la grâce du Très-Haut comble ton petit coeur, fille de Sion. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
        Soyez sans crainte, laissez-vous guider et instruire par l’Esprit Saint qui est bien à l’oeuvre en ces temps qui sont les derniers. Demandez la grâce d’ouvrir grands vos coeurs pour accueillir ses paroles, ses dons, ses charismes et surtout, la grâce de la persévérance finale.
        N’ayez pas peur, faites-Lui confiance, soyez attentifs à ses élans d’amour, à ses appels. Il est votre défenseur dans les combats quotidiens, il vous apprend la souplesse pour vous amener à vous défaire de vos vieilles habitudes et de vos mauvaises tendances ; et après, il vous refait avec un esprit et un coeur nouveaux pour vous donner le goût de continuer la route, vous donner l’espérance d’un monde nouveau où régnera l’Amour Trinitaire. Vous allez vivre en plénitude le commandement nouveau que vous a laissé mon Fils « Aimez-vous les uns les autres comme moi je vous ai aimés. » (Jn 13, 34)
        Ce sera la vie dans la Divine Volonté, la vie des élus, la vie telle qu’elle aurait dû être dès le commencement, là où il n’y avait pas place ni pour la souffrance, ni pour aucun péché, ni pour la mort. Mais hélas ! tout a changé dans l’ordre que Dieu le Père avait établi. Il a donc fallu que Son Fils unique, Son Verbe, vienne pour réparer ce qui a été brisé : cette relation filiale entre le Créateur et sa créature, entre les enfants et leur Père, cette relation d’amour, de respect, de reconnaissance, de confiance envers Dieu le Père. Et voilà que l’Esprit Saint qui vous a été promis par Jésus lui-même vient répandre son souffle pour vous initier à vivre dans la Divine Volonté, afin que cette Volonté trois fois sainte du Père soit faite sur la terre comme au Ciel.
        Merci, mes enfants, pour votre oui d’amour, merci pour votre fiat, car le Seigneur a vraiment besoin de vous tous, tels que vous êtes, avec vos aridités et vos jours d’ensoleillement. Demandez tous les jours à l’Esprit Saint de venir envahir vos coeurs pour vous rendre plus disponibles à son agir. Ce n’est plus vous qui vivez, c’est le Christ qui vit en vous par la puissance de l’Esprit Saint. Soyez bénis mes enfants d’amour, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Notre-Dame de Lourdes
11 février 2011

40 – L’Immaculée Conception est le plus grand privilège
que le Père a donné à Marie.

        En ce grand anniversaire de mes apparitions à Lourdes dans cette grotte si chère à mon Coeur, signe-toi, mon enfant, et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
        Remarque bien, mon enfant, que Je suis apparue dans une grotte à une petite fille méprisée, oubliée du monde, ridiculisée par tous, pour proclamer à l’Église et au monde entier mon Immaculée Conception, le joyau le plus grand que le Père m’a donné : la pureté du corps, de l’âme, de l’esprit. Tout mon être était pur pour accueillir la Pureté même, du Fils du Père, son Verbe, Jésus.
        Regarde, mon enfant, comment j’ai suivi son exemple. Il est vrai que je suis sa Mère… mais je suis aussi sa disciple et je devais l’imiter en tout. Quand il est venu au monde, il a choisi comme palais une grotte. À qui s’est-il manifesté en premier pour se faire connaître ? Il a choisi des bergers.
        Pourquoi est-ce que je vous fais voir ce parallèle ? Pour vous faire comprendre qu’il faut fuir les honneurs, chercher à être très humbles, imitant notre divin Maître, pour vous faire comprendre que seuls les purs de coeur verront Dieu. Bienheureux ceux qui arrivent à posséder un coeur pur. (cf. Mt 5, 8) Pour cela, il faut être prêt à livrer le bon combat tous les jours, à chaque instant, et être très vigilants.
        Et tu sais, qu’un des moyens très efficace pour éviter de tomber dans les pièges tendus par les esprits mauvais, c’est le dialogue continuel avec Jésus, c’est-à-dire la prière du coeur. Qu’est-ce que la prière du coeur ? C’est laisser jaillir cet amour, cette tendresse et ces paroles que vous voulez dire à votre Bien-Aimé, établir une conversation avec votre meilleur ami, votre meilleur confident, votre Père, votre Frère, votre Tout.
        Ce faisant, vous obtiendrez deux choses :
                • Rendre l’amour, l’honneur et la reconnaissance à votre Seigneur et votre Dieu en partageant votre vie avec la sienne ;
                • Éviter de tomber dans les fautes qui peuvent vous conduire au péché véniel.
        Tout en vaquant à vos occupations, vous pouvez réussir à entretenir ce coeur à coeur si vous le voulez bien. En rencontrant votre prochain, vous pouvez exercer la charité et garder ce lien étroit qui vous permettra de remettre à votre Dieu tout ce que vous n’aimez pas dans l’autre. Vous allez voir que l’amour filial progressera en chacun de vous, que votre patience sera plus grande, comment vous allez servir l’autre avec une grande sollicitude.
        Aujourd’hui, mes enfants, je vous demande de prier pour tous les médecins, les infirmières, les préposés qui sont au service des malades dans les hôpitaux, de même que dans les foyers, les orphelinats, et d’une façon plus spéciale pour mes pauvres enfants en psychiatrie, ces enfants abandonnés, ces enfants martyrisés par des traitements inhumains.
        Merci, mes enfants d’amour, de votre générosité, et ensemble prions pour tous nos frères et nos soeurs qui souffrent, qui sont malades partout dans le monde. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Jésus, Sauveur du monde
12 février 2011

41 – L’Église, malade, doit vivre sa persécution, sa passion, sa résurrection.

        Le jour viendra où l’on courra pour recevoir la Parole de Dieu, pour rassasier la faim, la soif de la connaissance du vrai Dieu, Dieu le Père. Signe-toi et écris, fille bien-aimée, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de Dieu mon Père.
        Oui, mon enfant, en ces jours on ne veut pas entendre parler de mes lois divines, on ne veut pas entendre parler de Jésus comme vrai Dieu et vrai homme, on ne veut rien savoir de mon Évangile. Les grands de ce monde veulent effacer totalement mon saint Nom, et pire encore, tout ce qui vous rappelle ma douloureuse Passion. Ils vont jusqu’à se moquer de moi parce que j’ai proclamé que mon Royaume n’est pas de ce monde.
        Moi, j’ai vécu une vie humble, pauvre parmi les pauvres, je me suis soumis à la Volonté de Celui qui m’a envoyé, et pour cela, on m’a traité de blasphémateur, de sorcier, de fou, de possédé, d’ivrogne, de glouton… Qu’est-ce qu’ils n’ont pas dit contre moi, Jésus de Nazareth, le Fils de l’homme ! Je te dis qu’en cette année 2011, ils me vouent une haine implacable, encore pire que celle que j’ai vécue quand j’étais en cette terre d’exil. La génération actuelle est la pire génération dans l’histoire du monde.
        Et en vérité Je te dis, qu’un jour viendra, où vous devrez vous cacher pour recevoir les saints Sacrements ; vous devrez cacher vos prêtres, vos saints prêtres pour faire célébrer la sainte Messe. Mon Église est malade et elle aussi doit vivre sa persécution, sa passion et sa résurrection. Sauf qu’elle ne sera pas morte même si on la croira morte.
        C’est à ce moment qu’elle surgira comme la fleur au printemps : plus belle, plus humble, plus forte et plus sainte.
        Mais avant que cela n’arrive, il faudra passer par une dure épreuve de la foi, et c’est à ce moment qu’on courra comme des affolés, en cherchant une parole d’espoir, de soutien, de force, de paix… Vous reconnaîtrez la grande erreur d’avoir mis de côté votre Dieu, votre Créateur.
        Vous allez comprendre tout le mal que vous avez fait à votre âme. Tous vont comprendre que chacun a une âme, qu’elle est malade, qu’elle est en train de mourir de faim, de soif de la Parole de son Créateur, son Père, son Dieu et Seigneur.
        C’est pour cela que je vous demande de prier pour les incroyants, pour ceux qui sont en danger de se perdre ; et quand le moment viendra, grâce à vos prières, ils pourront ouvrir leur coeur et aller chercher la nourriture céleste, cette manne qui est ma Parole. Tout passera sauf ma Parole, car je suis le Verbe, la Parole vivante de Dieu le Père, et vous la recevez par la puissance de l’Esprit Saint.
        Merci, mes enfants. Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

~

Marie, Reine de la paix
14 février 2011

42 – On ne croit plus à l’enfer, encore moins
au purgatoire. Rares sont les âmes
qui vont directement au Ciel.

        Loué soit mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père. Signe-toi, mon enfant, et écris, couverte de son Précieux Sang.
        Oui, mon enfant, c’est moi qui te parle, ta céleste Maman Marie, la Fille bien-aimée de Dieu le Père, la Mère Immaculée de Dieu le Fils et l’Épouse sans tache de Dieu l’Esprit Saint.
        Aujourd’hui, je viens te partager ma tristesse, ma douleur de voir le refus de tant d’enfants d’accepter la grâce de vivre dans la grâce. Je suis si affligée, car je sais très bien tout ce qui s’en vient, tout ce qui est à vos portes… Hélas ! on ne veut pas nous prendre au sérieux.
        On ne croit plus à l’enfer et encore moins au purgatoire. Crois-moi, mon enfant, les deux lieux sont d’une extrême souffrance. La grande différence, c’est que l’enfer c’est pour l’éternité ; par contre, au purgatoire, quand l’âme a fini d’expier ses péchés, sa terrible souffrance prend fin ; puis, quand elle est pure, elle s’envole au Ciel où l’attend sa couronne de gloire.
        Un grand nombre d’enfants croient que la vie finit avec la mort. Il y en a aussi beaucoup qui croient qu’après la mort, l’âme s’en va directement au Ciel. Sottise humaine de croire cela.
        Je te dis qu’elles sont très rares les âmes qui vont directement au Ciel. Même chez les grands saints, quelques uns doivent passer un court séjour dans les flammes du purgatoire pour enlever toute souillure si petite soit-elle, car pour entrer au Royaume des Cieux, il faut être pur, sans aucune tache.
        Voilà l’importance d’expier, de réparer les fautes et de se convertir un peu plus chaque jour pour devenir parfaits comme votre Père céleste est parfait (Mt 5, 48). Voilà l’importance de faire ses examens de conscience.
        Quand on arrive à aimer Dieu en toutes choses, quand on comprend le grand Amour qu’Il a pour ses enfants, on cesse de faire le mal non pas par peur du châtiment, mais pour ne pas Lui faire de peine, pour ne pas Le faire souffrir.
        Et c’est à ce moment que l’enfant développe en lui la sainte crainte révérencielle qui croît en chaque enfant en même temps que l’amour pour Dieu son Créateur, son Père. Cette crainte est basée sur l’amour du fils pour son Père, de la créature pour son Créateur, faisant place à la piété filiale. C’est à ce moment que l’Esprit Saint vient transformer progressivement cet enfant qui s’ouvre à l’amour et qui accepte d’unir ou plutôt de donner sa volonté à Dieu son Père. C’est à ce moment qu’il essaie de se corriger des plus petites fautes, les plus légères, pour faire plaisir à son Seigneur et son Dieu. Il ne voit pas cela comme une obligation, comme un poids, oh non ! il le voit comme une preuve de son amour ne pensant plus au châtiment que produit le péché. Il perçoit ces corrections comme la moindre des choses qu’il peut faire par amour pour son Père.
        Quand Jésus voit une âme qui est rendue à cet état, Il la prend sur son Coeur, Il vient la cajoler, en faire Ses délices et la présenter au Père trois fois saint et réaliser sa Parole (cf. Jn 14, 23)  : « Quand une âme m’ouvre la porte et m’aime vraiment, le Père et Moi, nous viendrons faire notre demeure en elle. » Par son oui d’amour, cet enfant entre dans la Divine Volonté et accomplit ainsi le premier Commandement : « Tu aimeras ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de toutes tes forces. » (Mc 12, 30)
        Voilà la merveille que produit l’Amour dans une âme qui aime et qui se laisse aimer. Soyez bénis, mes enfants, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

 
1. Note de l'éditeur : de ses mauvais anges.
2.
Note de l'éditeur : de ses bons anges.
 
 
 
 
Sacré Coeur - Témoins de l'Amour et de l'Espérance
Tampon date