Recherche sur le site avec : Google
 
 
Sulema Vassula
 
 
Alan Ames
(Australie : Perth)

Site Internet : http://www.alanames.org

Messages à Carver Alan Ames

Mieux comprendre le dessein de Dieu

=> STELLA MARIS 404

Christ Pantocrator


Le livre "Messages à Carver Alan Ames", relate divers entretiens de Dieu avec l’auteur. Dans le passage ci-dessous, le Père invite les hommes à s’ouvrir à la vérité ; vérité de la création, dont l’homme est la couronne d’amour. Sera t-il suffisament humble pour accepter l’aide et l’amour que Jésus lui offre ?

Compréhension de la vérité

Il n’y a qu’une vérité, la vérité qui vient de Dieu, la vérité qui est Dieu. Que les hommes l’admettent ou non, la vérité reste la vérité.
Beaucoup, dans les temps anciens, ne croyaient pas que la terre était ronde, et pourtant elle l’est. Beaucoup ne croyaient pas que la terre tournât autour du soleil, et pourtant elle le fait. La vérité est la vérité en dépit de ce que pense l’humanité. Comprenez maintenant cette vérité : au commencement était Dieu, rien n’existait en dehors de Dieu. Il n’y avait pas d’étoile, pas de planète, pas de gaz, pas de particule, rien, Dieu excepté.

Dans son amour, Dieu le Créateur a créé la matière initiale et a tout fait à partir d’elle. Que cette matière ait été formée de particules minuscules qui ont explosé pour créer la masse, ou que la masse ait été amenée à l’être par la Parole de Dieu, n’a aucune importance. Dieu a créé à partir de rien, cela seul importe ; et c’est la vérité, que les hommes l’admettent ou non. Il y a tant de choses que les hommes nient jusqu’à ce qu’on leur en apporte la preuve. Les hommes acceptent peu de chose tant qu’ils n’ont pas de preuves indiscutables. Les hommes ferment les yeux jusqu’à ce que des faits accablants soient là qui établissent la vérité.

Le moment est venu de regarder et de discuter certaines des vérités fondamentales que l’humanité refuse. L’heure est venue d’ouvrir vos intelligences et vos cœurs à la réalité de la véritable existence de l’homme et de l’univers.

Evolution de l’humanité

Beaucoup disent que l’homme s’est développé à partir du singe. S’il en est ainsi, d’où viennent les singes ? Les singes au départ descendent des poissons, répondent-ils. Alors, d’où viennent les poissons ? Les poissons proviennent de minuscules cellules. Alors, d’où viennent les cellules ? Si les cellules proviennent des gaz, d’où ceux-ci viennent-ils ?

Au commencement tout provient de Dieu. Peu importe la manière dont certaines créatures ou végétaux ont évolué, car ils viennent tous de l’amour de Dieu.

Les hommes, selon de nombreux savants, sont les frères du singe. C’est vrai en ce sens que Dieu a mis les animaux sur la terre pour être les compagnons, les amis et les serviteurs des hommes. Et tous ne devraient-ils pas dire d’un compagnon, d’un ami, d’un serviteur, qu’il fait partie de sa famille ? Tous ne devraient-ils pas traiter les animaux avec amour ?

L’espèce humaine est unique sur cette planète. On n’a pas besoin d’être très intelligent pour le voir. Si c’est par une évolution naturelle semblable à celle des animaux qu’elle est parvenue à sa singularité, comment se fait-il qu’il n’existe pas d’autres espèces qui, en évoluant avec le temps, aient acquis des traits de caractère similaires à ceux de l’espèce humaine, tels que la raison ? Si les hommes descendent du singe, pourquoi les singes n’ont-ils pas évolué de telle façon qu’ils ressemblent davantage à l’homme ? Ils auraient certainement rattrapé l’espèce humaine, au moins jusqu’à un certain point en ce qui concerne leur configuration fondamentale. Leur être fondamental serait le même et c’est pourquoi, avec le temps, ils auraient de plus en plus ressemblé au genre humain. Cela ne s’est pas produit et cela ne se produira pas parce que Dieu, dans sa vérité, ne l’a pas prévu ainsi.

Ce que Dieu a fait, c’est un paradis pour les êtres qu’il a créés dans l’amour. Un paradis avec toutes ses plantes, ses animaux, sa beauté, de sorte que ses enfants puissent y vivre dans la joie et l’harmonie. Dieu a mis tout ce qu’il fallait pour vivre sur cette planète et il a fait en sorte que tous puissent s’adapter aux changements de l’environnement. Dieu, pour l’espèce humaine, a fait de la terre un paradis qui se renouvelait de lui-même.

Quand la terre a été prête pour ses enfants, Dieu les a créés et les a appelés à la vie. Dieu a donné aux hommes les corps dont ils avaient besoin pour exister sur cette planète et il est donc naturel qu’il y ait des ressemblances entre le corps humain et ceux des animaux puisque tous étaient créés pour vivre dans le même environnement. Ils se ressemblaient, ce qui ne signifie pas qu’ils étaient semblables. Dieu a créé une image de lui-même qu’il a remplie de son amour et de son esprit, voilà ce qu’il a fait. Ces images, c’était sa création, les hommes, qu’il a appelés ses enfants et qui étaient destinés à vivre avec Dieu pour toujours, dans l’amour. Ces hommes ont été créés par Dieu pour jouir de sa miséricorde, de son amour et du don éternel de la vie. Ses enfants, créés pour être avec Dieu et non pour lui être égaux, des enfants de l’amour divin.

L’humanité, un cadeau que Dieu s’est fait à lui-même. L’humanité, à qui Dieu a fait de si nombreux cadeaux. L’humanité, une création unique de Dieu, faite pour se développer en vrais esprits d’amour, des esprits d’amour que ne seront jamais des animaux !

Les relations de Dieu avec l’homme

Dieu, le créateur de l’humanité, a, dans sa sagesse, placé les hommes au-dessus de toutes ses autres créations. Dieu a fait cela pour que l’esprit éternel qu’il a donné aux hommes puisse se développer en cet amour pour lequel ils ont été créés.

Question : Pourquoi Dieu n’a-t-il pas voulu créer l’homme directement dans l’état auquel il le destinait de sorte qu’il n’ait pas à l’atteindre par lui-même ?

Réponse : Dieu, dans son amour, aime voir sa création d’amour devenir son vrai moi. C’est la même chose pour un jardinier qui plante une semence. Il la regarde grandir et, de jeune plant, devenir une fleur qui va montrer sa vraie beauté. Dieu aime regarder la semence de l’esprit grandir, grandir jusqu’à s’épanouir en une superbe fleur d’amour.

Q : Il arrive que l’esprit de l’homme devienne mauvais et soit rempli de haine. Comment cela peut-il se passer si Dieu l’a créé dans l’amour et pour être l’amour ?

R : Dieu, en créant l’homme et en le plaçant au paradis où il allait pouvoir grandir dans l’amour, lui a donné le libre arbitre. Dieu a ainsi donné aux hommes la possibilité de choisir librement entre une éternité d’amour et une éternité de ténèbres. Dieu a fait à l’humanité le don du libre arbitre parce qu’il l’aimait et qu’il ne voulait pas lui imposer sa volonté. Dieu, comme un jardinier, a planté la semence en l’entourant de la bonne terre et de l’engrais que figure son amour. Comme il en est des plantes, certains sont trop faibles pour pousser bien qu’ils aient tout autour d’eux la nourriture de la vie. Comme il en est des plantes, certains se dessèchent et meurent par manque de lumière; ils se ratatinent donc dans l’obscurité.

Q : Comment cela peut-il arriver s’il y a de la bonne terre, de bons engrais et de la lumière ?

R : Quand une plante n’arrive pas à bien se développer quoique toutes les conditions soient réunies pour cela, c’est parce qu’elle est prise au piège des mauvaises herbes ou attaquée par des insectes dont elle ne peut venir à bout par elle-même, n’en ayant pas la force. Il en est ainsi avec les hommes, même s’ils ont tout ce qu’il leur faut pour parvenir à la vie éternelle. Il arrive qu’ils n’aient pas la force de vaincre le Malin qui les prend au piège et les ténèbres qui attaquent leur âme même. Essayez de vous imaginer un jardin totalement envahi par les mauvaises herbes et les insectes, où seules quelques fleurs luttent à travers cette invasion pour parvenir à la lumière du soleil. C’est comme cela qu’est l’humanité aujourd’hui.

Q : L’humanité doit-elle songer à ce que ferait un jardinier dans cette situation ? L’humanité doit-elle songer à ce que ferait Dieu dans une situation semblable ?

R : La seule solution c’est de se débarrasser des mauvaises herbes et des insectes, d’arracher les fleurs fanées et de laisser faire celles qui veulent parvenir à la lumière du soleil.

Q : Bien que la solution soit si évidente, beaucoup se de-mandent : «Pourquoi est-ce que cela ne s’est pas passé avant ?»

R : Dans son amour et sa miséricorde, Dieu veut que l’humanité nettoie elle-même son jardin, aussi lui envoie-t-il les moyens de le faire. Il envoie la réponse pour vaincre le mal et le péché ici-bas qui étranglent les fleurs d’amour qu’il a créées. Il s’envoie lui-même en son Fils Jésus.

Q : Jésus est venu ici-bas il y a deux mille ans, et pourtant le mal et le péché sont toujours là. Comment peut-il en être ainsi s’il a vaincu le mal ?

R : Par son sacrifice sur la Croix, le Dieu et Seigneur Jésus a vaincu le mal. Par son sacrifice sur la Croix, le Dieu et Seigneur Jésus a sauvé l’humanité. Par son sacrifice sur la Croix, Il a manifesté l’existence de Dieu.

Par là même Jésus a offert le salut à toutes les fleurs du jardin. Le doux Jésus ne veut pas perdre une seule de ses fleurs car il les chérit toutes. Au lieu de se contenter de détruire tout ce qui était dans le jardin et qui était recouvert de mauvaises herbes, il a offert aux fleurs piégées les moyens de se libérer de façon à ce qu’elles puissent, elles aussi, apercevoir le soleil.

Ce processus prend du temps parce que les fleurs faibles et agonisantes ont besoin d’être fortifiées, elles doivent récupérer leurs forces. Et il leur faut être assez humbles pour accepter l’aide et l’amour que leur offre Jésus. Quand ces fleurs acceptent l’aide de Dieu, les mauvaises herbes du jardin s’efforcent d’autant plus d’en venir à bout, réussissant parfois à les arracher et à les mettre dans un coin obscur du jardin où elles se fanent et meurent. Ce que les mauvaises herbes ne voient pas ou ne comprennent pas, c’est que poussent des fleurs de plus en plus vigoureuses qui méprisent ces herbes inutiles et nuisibles qui s’accrochent. Ces fleurs plus vigoureuses témoignent que l’amour de Dieu grandit et qu’il y aura un jour tellement de fleurs d’amour grandes et vigoureuses, que toutes les mauvaises herbes diminueront et mourront à leur ombre.

Le doux Jésus nourrit ces fleurs, les entretient, les taille et les oriente vers la lumière du soleil. Le bon Jésus sème de nouvelles semences dans le jardin, qui deviendront plus vigoureuses encore et qui rempliront le jardin de l’arôme de l’amour. Un jour, encore à venir, on ramassera les mauvaises herbes et les insectes. On les réunira et ils seront brûlés de sorte que le jardin ne soit plus jamais envahi par le mal.

Dieu le Père, 2 avril 1995

 


 


Les sacrements, pour nous délivrer du mal

Le Seigneur Jésus,
24 septembre 1995 (1)

=> STELLA MARIS 408

Baptême


Depuis le temps qui s’est écoulé depuis la création et le premier péché de l’homme, les cœurs humains n’ont guère changé. Ce sont toujours des cœurs simples, purs, créés à partir de l’amour, pour vivre dans l’amour. Dans leur simplicité, les hommes ont été facilement désorientés et sont devenus une proie facile pour le mal. Un pur esprit, souillé par la ténèbre, perd sa pureté. Il commence à se gâter pour devenir une fosse de mal, un récepteur de péché, un esprit contaminé, contagieux pour ceux qui entrent en rapport avec lui. La perte d’un esprit pur représente une telle tristesse pour Dieu ! Un esprit pur qui prend goût au mal représente une telle tragédie pour tout le monde.

Pour empêcher cela, Dieu lui-même, dans sa miséricorde, s’est offert en sacrifice sur la Croix, à travers moi, son Fils Jésus, pour vaincre le mal. Moi-même, par le moyen de mon sacrifice, j’ai donné à ces gens contaminés par le péché, pris par le mal, une autre chance de se purifier à travers mon précieux Sang. Cette purification est offerte à tous les esprits humains par le moyen des sacrements que j’ai donnés à mes enfants.

Les sacrements sont les dons que Dieu offre à tous pour qu’ils puissent purifier leurs âmes mêmes et les remplir de l’amour de Dieu et de sa miséricorde. Les sacrements sont quelque chose de si particulier parce que c’est à travers eux que l’on trouve l’union spirituelle avec Dieu et la force de l’esprit. Les sacrements offrent à tous les hommes les réponses qu’ils recherchent depuis si longtemps. Les sacrements amènent toute personne à une relation physique et spirituelle avec son Créateur, à travers moi, son Fils Jésus, et à travers l’Esprit-Saint. Si tous les hommes regardaient les sacrements avec les yeux de la foi et de la confiance, ils trouveraient la paix, l’amour, le pardon et la joie dont chacun a besoin.

Il y en a tant qui sont perdus et désorientés, en quête de cette insaisissable paix de l’esprit, du réconfort de l’âme et de la sérénité de l’amour, qu’ils semblent ne jamais trouver. Ils sont là pour eux, dans les sacrements. Les sacrements sont là pour apporter la paix de Dieu, le réconfort et la sérénité. Une fois que la personne se sera vraiment ouverte et qu’elle aura permis à la grâce de chaque sacrement de la remplir, elle s’arrêtera définitivement de chercher. Une fois que l’amour irrésistible de Dieu s’est engouffré dans une personne, elle n’a plus jamais envie de partir. Les sacrements sont tellement plus que ne le croient les hommes. Et c’est pour cela qu’il est si important que chacun les reçoive. L’âme est fortifiée par tous les dons d’un sacrement, et la personne est emmenée plus profondément dans l’amour divin. C’est pour cela que le Mauvais essaie d’empêcher les hommes de recevoir ces grâces particulières. Le Mauvais fait en sorte que les sacrements apparaissent sans importance, insignifiants, inutiles. Le Mauvais fait apparaître petit ce qui est si grand. Le Mauvais se rit de ce qui est si important. Le Mauvais se sert de la vérité pour faire croire des mensonges.

Comprenez maintenant la raison pour laquelle Dieu a donné les sacrements, et revenez à eux quand vous aurez compris. Dieu a demandé que tous reçoivent le baptême en son nom, le nom de Jésus. Cela pour dire que le baptisé appartient à Dieu, que cette personne va passer l’éternité dans l’amour de Dieu. Par ce sacrement, Dieu réclame comme sien ce qu’il a créé, il réclame son enfant. Ce sacrement met une barrière entre le Mauvais et cet enfant de Dieu. Donner le sacrement du baptême à un enfant, c’est affirmer : «Je donne cet enfant à Dieu qui, dans sa miséricorde, me l’a donné.» Ce sacrement affirme une nouvelle fois la réalité du lien qui existe entre les parents et leur Père du ciel. Ce sacrement renforce l’amour de Dieu à l’intérieur de la famille. Ce sacrement est le premier instant de la promesse qui lie le baptisé à Dieu pour la vie.

En grandissant l’enfant subit l’influence de ceux qui l’entourent. Il subit les attaques incessantes du Mauvais, car celui-ci connaît la valeur que Dieu attache à une personne. La lutte entre le bien et le mal est constante. L’enfant, petit, ne peut se défendre lui-même, aussi Dieu, dans sa miséricorde, lui donne-t-il un ange pour veiller sur lui et le protéger. La bataille fait rage autour de l’enfant, avec l’ange qui tient bon dans l’amour de Dieu pour le défendre. L’enfant, quand il commence à se développer, devient participant de cette lutte. Il entre petit à petit dans la bataille tandis que l’ange se retire lentement. Cela pour que la personne puisse développer ses propres forces dans l’amour de Dieu, les forces qui l’accompagneront jusqu’à la porte du ciel. Des erreurs seront faites, des péchés seront commis, car cela fait partie de la croissance de l’enfant. Comme les péchés s’accumulent, l’âme aspire à être purifiée, à être débarrassée du poids de ces fautes. Dieu, dans sa miséricorde, donne le sacrement de la Réconciliation, sacrement qui a pour but d’ôter à l’âme ce fardeau en lui permettant de se développer toujours davantage dans l’amour de Dieu. L’Esprit-Saint remplit l’âme de celui qui a péché en lui retirant toute la souffrance, toute la confusion et en lui montrant la miséricorde aimante de Dieu. Cela se produit quand la personne confesse sincèrement ses péchés et qu’elle essaie de ne plus recommencer. Si elle se confesse, mais avec l’intention de continuer à pécher, ce n’est pas une vraie confession et la tache du péché demeure, et souvent grandit. Le sacrement de la Réconciliation est donc là pour purifier, pour remplir du Saint-Esprit et rapprocher de Dieu. La confession fortifie aussi la personne pour les luttes qui l’attendent et qui dureront jusqu’à ce qu’elle parvienne à la vie future. La confession est un don pour guérir, fortifier, purifier et rapprocher de Dieu.

C’est la nourriture spirituelle et non la nourriture corporelle qui fait vivre une personne. Aussi Dieu, dans sa miséricorde, pourvoit-il pour tous à la nourriture de la vie, dans la sainte Communion. En recevant le pain et le vin dans le sacrement de l’Eucharistie, la personne reçoit la grâce des grâces, la grâce d’être une en Dieu, d’être unie au Seigneur. Quand la personne s’ouvre complètement à Dieu en laissant le pur amour divin remplir tout son être, la force de Dieu la soulève à un niveau supérieur, l’élève à la gloire de Dieu, la soulève dans les hauteurs pour la préparer à la prochaine lutte. C’est quelque chose de si particulier que d’avoir son être même rempli de Dieu que le Mauvais essaiera d’autant plus de détruire cette âme. La réponse à cela, c’est de recevoir le Seigneur de plus en plus souvent, de façon à être si fort dans l’amour de Dieu que le Malin ne puisse vous nuire. La communion à Dieu est un don unique fait à l’humanité, un cadeau qui est là pour nourrir l’âme même de l’homme.

Ainsi l’être croît-il avec les sacrements et est-il fortifié. Un choix est alors donné à la personne qui grandit en son corps et en son âme. Un choix pour confirmer sa foi en Dieu, un choix par lequel elle invite l’Esprit-Saint à remplir son esprit de sa lumière et de son amour. Avec le sacrement de la Confirmation, l’âme même devient vivante en Dieu, son esprit brille dans le don splendide de Dieu, de son Esprit-Saint. C’est à ce moment-là qu’est donné à un vrai disciple de Dieu qui a vécu jusque-là pour sa gloire et qui essaie de cheminer sur le chemin qui mène à Lui, un protecteur, qui a mission de l’aider. Le saint choisi est là pour aider à mener le combat contre le Malin. Il est là pour guider, pour aimer, pour veiller sur vous et finalement vous souhaiter la bienvenue au ciel. Un cadeau spécial pour le saint et une grâce particulière pour l’humanité.

La personne est maintenant tout à fait préparée pour le chemin qui l’attend. Elle est prête à affronter le Malin avec l’aide des sacrements. Malheureusement, pour beaucoup, au cours de leur développement, la pression exercée par le Mauvais s’accentue et, dans leur faiblesse, ils cèdent très facilement. Soudainement les sacrements qui sont là pour les aider ne paraissent plus valables, ils semblent devenus inutiles, il semble qu’on n’en ait plus besoin. Cela montre que le Malin est en train de triompher de la personne en question qui a perdu la force de le combattre puisqu’elle ne reçoit plus les dons de Dieu. Dans sa confusion, la personne recherche paix et réconfort autre part. Elle cherche tant, mais trouve bien peu. Le Mauvais continue d’attaquer et de la distraire des vraies grâces qu’elle devrait rechercher et recevoir. Elle erre à travers l’existence sur cette terre, perdue et perplexe. Désorientée, elle s’éloigne de plus en plus de Dieu. Elle se sent gênée et mal à l’aise si elle vient à rencontrer des personnes plus proches de Dieu, et réagit par la colère et la haine. Elle s’enfonce maintenant toujours davantage dans l’obscurité en s’éloignant toujours plus de l’amour de Dieu. C’est dans ces moments-là que les sacrements sont tellement importants, car c’est en les recevant que la personne peut être ramenée à l’amour divin. Le pardon, la miséricorde, l’union avec Dieu peuvent restaurer la vie divine chez un enfant de Dieu qui est près d’être détruit.

Comment faire revenir aux sacrements ces gens qui parfois sont si perdus qu’ils n’écoutent plus personne ?

Ce sont les sacrements et la prière qui pourront les sauver. Si quelqu’un qui les aime offre pour eux les sacrements, qu’ils reçoivent pour les autres aussi bien que pour eux-mêmes, Dieu permettra que les grâces de ces sacrements soient partagées. Celui qui est perdu commencera petit à petit à ressentir les bienfaits de l’amour plein de compassion de Dieu; il deviendra à la longue assez fort pour s’opposer au Malin et pour revenir de lui-même aux sacrements. Cela peut prendre de nombreuses années ici-bas, mais sachez que ce n’est qu’un instant dans l’éternité. Il peut sembler que rien ne change. Mais chez la plupart une transformation se réalise, une transformation spirituelle. Certains peut-être reviendront à l’amour de Dieu dans les derniers moments de leur existence ici-bas. Qu’importe, l’important, c’est qu’ils reviennent. N’abandonnez jamais la lutte, continuez à offrir les sacrements que vous recevez pour ceux que vous aimez et vous verrez dans l’éternité la récompense de votre combat.

Ceux qui pourtant ne reviennent pas à Dieu et à son amour auront au moins eu toutes les chances de changer et de revenir à lui. Ils auront eu des anges, des saints et ceux qui les aiment, qui se sont battus pour eux, auront résisté au Malin à leur place, en leur offrant la main secourable de l’amour. On aura tant fait pour eux, et pourtant certains refuseront. C’est eux alors qui choisissent librement d’accueillir la douleur et la souffrance éternelles. Ils auront refusé l’amour de Dieu en usant de leur libre arbitre, il faudra donc leur donner ce qu’ils ont recherché.

Dieu, dans ses sacrements, offre son amour aux hommes et leur offre le libre choix de son amour.

Comme vous pouvez le voir, les sacrements sont là pour vous aider, vous fortifier, vous remplir d’amour, pour vous donner le pardon. Ils sont là pour vous aider à lutter contre le mal et pour vous fortifier dans la lutte contre le péché. Les sacrements sont là pour vous accorder le pardon de vos faiblesses et pour vous remplir de l’amour dont vous avez besoin pour vaincre les tentations.

Les sacrements de Dieu ont pour but la croissance des hommes et la défaite de Satan.

Par les sacrements de Dieu, l’homme apprend et se développe.

Les sacrements sont destinés aux hommes et proviennent du cœur de Dieu.

Note 1 : Dans « Messages à Carver Alan Ames », pages 194 à 200.

 
 
Sacré Coeur - Témoins de l'Amour et de l'Espérance
Tampon date