Recherche sur le site avec : Google
 
 
Sulema Vassula
 

L'Esprit-Saint, 18 décembre 1994

Vous pouvez assurer votre éternité en un instant, l'instant que représente votre vie. Vous pouvez l'assurer dans l'amour ou dans la haine, cela dépend de la façon dont vous vivez maintenant. Cela dépend de la fidélité de votre esprit à son Créateur, le Père du ciel. Vous devez décider au cours de votre vie si vous êtes en Dieu ou si vous êtes éloignés de lui, vous êtes libres. Chacune des décisions qui émaillent votre existence se fait pour ou contre Dieu. Chaque pas devient un pas qui vous rapproche de Dieu ou qui vous éloigne de lui. Tout ce que vous faites devient une action de Dieu ou un acte qui ne tient pas compte de lui. Vous pouvez faire de chacune de vos pensées une pensée divine ou une pensée qui vous éloigne de Dieu. Vous pouvez faire de vos prières un cadeau à Dieu ou alors des propos irréfléchis, une suite de mots dénués de sens, un rien. A chacun de devenir le véritable esprit que Dieu a créé ou l'esprit de ténèbres qui fait le désespoir de Dieu. Le choix vous appartient, faites le bon.


L'Esprit-Saint, 18 décembre 1994

Pour Dieu, le mari et la femme sont un. L'homme et la femme unis dans l'unité divine, dans son amour et sous son regard. Les deux sont un et ce un devient deux, lui pour elle et elle pour lui. Chacun, la moitié du tout et un, ensemble. Amour uni qui ne doit jamais être séparé, uni au Père, au travers du Cœur de Jésus. Amour de l'homme pour la femme et de la femme pour l'homme. Ils reçoivent l'onction ensemble au ciel.


L'Esprit-Saint, 1er janvier 1995

Le bonheur dans un nouveau commencement, la joie dans un nouveau départ et l'amour dans un temps nouveau. L'aube de l'amour du Christ, un nouveau départ, pour l'homme, en Jésus et un temps nouveau pour trouver Dieu à travers son Fils Jésus-Christ.
Jésus en l'Eucharistie, Jésus le Saint des saints, l'Hostie des hosties, le Roi des rois.
Jésus, le Seigneur, Fils de Dieu, Fils de l'Homme, Fils des fils.
Jésus sur la Croix, Sacrifice des sacrifices, Don des dons,
Amour des amours. Jésus ressuscité, Joie des joies, Extase des extases, Lumière des lumières. Jésus en l'Eucharistie, amour de Dieu, sacrifice de l'homme, envoyé pour les hommes.


Dieu le Père, 1er janvier 1995

Levez-vous et marchez dans l'amour. Levez-vous et marchez dans la paix. Levez-vous et marchez dans la joie. L'amour, la paix, la joie qu'est Jésus.
Eveillez le monde à ma Parole. Eveillez le monde à mon Fils Jésus, éveillez-le à ma miséricorde. La Parole, le Fils, la miséricorde, une seule et même Personne.
Marchez fièrement en Jésus. Marchez fièrement dans l'Esprit et marchez fièrement pour moi, votre Père. Redressez-vous et marchez dans l'unique vrai Dieu.
Parlez bien haut d'amour, de paix. Parlez bien haut de pureté, de Dieu.


Dieu le Père, 1er janvier 1995

Courez jusqu'à la fin. Cheminez jusqu'au but, avec Jésus, le vrai Fils de Dieu.


Dieu le Père, 3 janvier 1995

S’il y eut jamais un temps où les hommes avaient besoin de se regarder et de considérer leurs mœurs, c'est bien le temps actuel.
Les hommes aujourd'hui empruntent le chemin du désespoir, à cause de leur manque de moralité, dû lui-même à une mauvaise compréhension de la valeur de la vie.
Dieu, au commencement, a donné à l'homme une série de principes moraux qui ont été incorporés dans son caractère, un ensemble de directives sur la manière de vivre dans l'amour divin et dans l'amour mutuel. Les hommes, avec le temps, se sont éloignés progressivement de ces principes moraux. Alors le Seigneur, par l'entremise de son fidèle serviteur, Moïse, a rappelé à l'homme les exigences d'une vie de bien.
L'homme, une fois de plus, a écouté quelque temps, puis a recommencé à prendre peu à peu ses distances. Alors Dieu, dans la plus grande manifestation d'amour et de miséricorde, a envoyé son Fils Jésus pour rappeler à l'homme où se trouve son vrai destin. Jésus est venu et a mené le genre de vie auquel tous devraient s'essayer. Jésus est venu et a montré clairement le chemin qui mène au Père du ciel. Jésus est venu et a pardonné à l'homme en lui tendant la main, en lui manifestant son amour, un amour qui, par son entremise, venait du Père du ciel, pour finalement prendre vie par l'opération de l'Esprit de Dieu.
Jésus est venu et a indiqué aux hommes la direction à emprunter pour aller à Dieu. En indiquant le chemin, Jésus a montré que, pour connaître le bonheur éternel, les hommes n'avaient rien d'autre à faire que de vivre dans l'amour; un amour sans réserve avec lequel ils aideraient les autres, leur pardonneraient, les comprendraient et les accueilleraient comme ils s'attendent à l'être eux-mêmes.
Aujourd'hui, une fois encore, l'humanité s'est doucement éloignée de son Dieu. L'humanité des temps actuels a créé une société sans moralité vraie, mais dont beaucoup de valeurs sont fausses, dont les valeurs sont en réalité des péchés. Elles expriment le refus de Dieu et sont une insulte à Jésus.
En marchant sur cette terre, Jésus n'a fait que parler d'amour, de bonté et de vérité. A ceux qui l'écoutaient, il a parlé du caractère sacré de la vie. A ceux-là il a parlé de la chaleur de l'amour que l'on doit trouver chez les enfants. Il leur a dit d'être comme de petits enfants et qu'ils acquerraient l'éternité au ciel.
Essayez de vous représenter les sentiments de votre Dieu et Seigneur aujourd'hui quand il abaisse son regard sur l'humanité, et qu'il voit les enfants qui se font tuer dans les guerres, qui sont tués par la famine ou l'avortement. On pourrait éviter tout cela, mais l'homme choisit de le propager. Il choisit de maintenir la famine et l'avortement sur la terre, comme une plaie qui suppure et qui ne cesse de s'envenimer.
Essayez de vous représenter la tristesse de Jésus à la vue de ses petits enfants que l'on maltraite de cette façon. Imaginez combien Jésus désire vous tendre les bras et mettre un terme à toute cette haine et à tout ce péché.
Jésus a donné son libre arbitre à l'homme. Représentez-vous donc sa déception chaque fois que l'homme fait le mauvais choix.


Dieu le Père, 3 janvier 1995

L'avortement

Jésus veille sur l'humanité depuis qu'elle a été créée et il continuera de veiller sur elle jusqu'à la fin du monde. Il connaît individuellement toutes les âmes, tous les esprits. Il connaît chaque personne en particulier et il donne à chaque individu le nom d'ami. Peu importe ce que chacun fait, il ou elle reste toujours son ami. Mais cela dépend de chacun d'accepter son amitié et de devenir l'amour pour lequel il ou elle a été créé.
Comme Jésus connaît chaque esprit en particulier, imaginez sa douleur quand on met fin à la vie de son ami ici-bas avant même qu'elle n'ait commencé. L'esprit entre dans le corps au moment de la conception. Le corps est là, même si vous ne pouvez le voir à cause de son extrême petitesse, et il est rempli de l'esprit que Dieu a créé pour être cette personne. Cet esprit a tous les sentiments, l'intelligence et l'espérance d'une personne totalement développée, mais les hommes ne comprennent pas cela. Quand l'âme entre dans son corps, elle est déjà parfaite en Dieu, parce qu'elle vient de Dieu. Elle est déjà une parfaite création qui va connaître l'expérience de la vie dans un corps humain, en sorte de pouvoir témoigner librement de son amour pour Dieu. Chaque esprit provient de la gloire de Dieu et il est créé pour retourner à lui dans la gloire en suivant Jésus et en vivant selon les voies de Dieu. Quel don de la part de Dieu qui crée, qui donne, qui aime et finalement ramène à la Maison du ciel ses esprits d'amour, les hommes.
L'homme, avec le temps, est revenu sur les chemins de l'immoralité, il les appelle les « droits individuels ». On ignore les droits des esprits à naître, et on se justifie en disant que les parents ne sont pas prêts à avoir des enfants ou ne peuvent faire face à la dépense qu'ils représentent.
On donne parfois des justifications médicales telles que : elle est trop jeune pour avoir un bébé, son corps n'est pas prêt pour cela, elle ne pourra faire face sur le plan émotionnel ou mental. Ces prétextes et beaucoup d'autres servent à dissimuler le péché qui apporte tant de peine et de souffrance à tous, le péché de l'avortement.
Ce qui devrait être une fête du don de la vie donnée par Dieu, devient, du fait de l'homme, un drame souillé par le péché qui touche tous ceux qui sont impliqués. L'avortement devient aujourd'hui une autre forme de contraception, rendue librement accessible à tous. On le considère comme une solution sans danger dont tous devraient pouvoir disposer. Des centres sont ouverts pour faire la promotion des bienfaits de l'avortement au lieu de promouvoir les bienfaits d'une vie nouvelle pour le monde. Les serviteurs de Satan ont la liberté de se prononcer en faveur de cette abomination. Ils en parlent comme si c'était un don merveilleux pour l'humanité, capable d'en aider beaucoup à résoudre les difficultés économiques et sociales. Ceux qui encouragent ce péché mortel usent de nombreux arguments ingénieux, ils donnent des raisons médicales et sociales pour démontrer pourquoi on doit accepter et faire bon accueil à ce péché. Chacun a la connaissance profondément ancrée en lui que c'est un péché, que cela va à l'encontre du désir de Dieu. Mais nombreux sont ceux qui écoutent les arguments ingénieux des ténèbres et qui laissent s'embrouiller et s'enfouir en eux cette connaissance intérieure. Le message selon lequel ce péché d'assassinat est une chose acceptable ne cesse d'être alimenté par les journaux, la télévision, le cinéma, les groupes mondiaux et les chefs de gouvernement.
Il n'est pas étonnant que beaucoup soient troublés, que beaucoup n'y comprennent rien. Où sont les voix d'amour qui prennent le parti de Dieu ? Elles existent, mais on leur colle l'étiquette de fanatiques ou d'extrémistes, alors qu'en fait c'est le contraire qui est vrai. Pour nuire à ces voix de Dieu, Satan, à l'intérieur de leurs groupes, a placé ses propres serviteurs dont la ruse embrouille les serviteurs de Dieu, sème la confusion autour de leurs paroles et de ce qu'ils font, en les faisant paraître injustes. Si ceux qui prennent la parole en prenant position pour Dieu se souviennent que Dieu est amour et que toutes les actions faites en son nom doivent être des actes d'amour, le monde se mettra à les écouter. Quand ceux qui travaillent pour Dieu utilisent les instruments des ténèbres pour réaliser ce qu'ils veulent, abattre par exemple le personnel des cliniques d'avortement, ils cessent de travailler pour Dieu, ils travaillent pour le Mauvais. Les serviteurs de Dieu doivent apparaître comme des lumières dans les ténèbres et pour cela, ils doivent vivre comme Dieu l'a montré à travers son Fils Jésus. Ne pas pécher, mais aimer, ne pas haïr, mais être simplement miséricordieux, ne pas défendre des intérêts personnels mais aider simplement les autres, ne pas avoir de désir propre, si ce n'est le désir de faire le travail de Dieu.
Avec le temps, le meurtre de bébés ou d'enfants à naître innocents semble perdre de son importance. Plus on fait d'avortements, plus ils apparaissent justifiés. Plus ils sont nombreux, plus les arguments avancés pour les excuser s'affinent. Plus souvent a lieu ce péché, moins il semble en être un.
Réfléchissez au coût de l'avortement, au paiement que réclame ce péché suprême. Pensez pour commencer à la souffrance que l'on fait subir à ce petit être innocent, à la souffrance qu'occasionne la destruction de son corps, parfois déchiqueté et jeté comme un déchet. A ces corps bien formés qui sont parfois arrachés à la chaleur et à la sécurité du sein de leur mère pour n'être plus qu'une chair sans vie dont on ne veut pas, non aimée, à laquelle on refuse la vie. Combien ces petits crient leur désir d'être aimés, d'être désirés et comme ils appellent le Seigneur à l'aide. Maintenant réfléchissez à l'effet produit sur l'esprit de la mère. Peut-être ne se rend-elle pas compte ou ne réalise-t-elle pas le mal qu'elle se fait. C'est parfois plus tard qu'elle devra payer ce qu'elle a fait par des difficultés émotionnelles et psychologiques, des difficultés somatiques, toujours des difficultés spirituelles qui, elles, en arriveront à détruire son être si elle ne demande pas pardon au Seigneur Jésus. Même si la mère ne croit pas qu'elle a mal fait, cela ne change rien au fait que c'est mal et que c'est une insulte à Dieu.
Ceux qui pratiquent cette terrible intervention auront à rendre compte de ce qu'ils font. Ils trouveront tous ceux qu'ils ont détruits auprès du Seigneur, attendant que justice leur soit rendue quand ces corrompus se tiendront devant leur Créateur. Ce sera trop tard alors pour demander miséricorde à Dieu. Il est temps maintenant d'arrêter ces interventions épouvantables et de vous tourner vers votre Dieu en demandant sa miséricorde. Ceux qui les perpétuent savent ce que Dieu leur demande. S'ils n'en tiennent aucun compte, c'est à leurs propres risques.
Ceux qui trouvent des excuses à ces péchés sont tout aussi condamnables que ceux qui les commettent. Ceux qui approuvent le péché y participent. L'encourager, c'est promouvoir le mal, et le promouvoir c'est se détourner de Dieu.
Pourquoi est-ce toujours les plus faibles et les plus vulnérables qui ont à souffrir, habituellement, de la main de ceux qui prétendent leur vouloir du bien. Ceux qui vous « veulent du bien » et qui peuvent promouvoir n'importe quelle forme de péché, et pour n'importe quelle raison, ne sont pas des gens qui vous « veulent du bien ». Ce sont des « fais ce que tu veux » tant que cela ne fait de mal à personne, qui font par exemple la promotion de l'avortement comme quelque chose d'acceptable. Malheureusement cela nuit toujours à quelqu'un, et toujours au faible et au vulnérable.
Ainsi ces gens qui vous « veulent du bien » sont en réalité des serviteurs du péché, des serviteurs du mal, des serviteurs de Satan, même s'ils ne s'en rendent pas compte ou s'ils ne l'admettent pas. Quand ces gens réaliseront la réalité de ce qu'ils font et le mal qu'ils occasionnent, quand ils en demanderont pardon à Dieu en se mettant à réparer le mal qu'ils ont fait, Dieu fera briller sa miséricorde dans leur âme, leur cœur et leur esprit. C'est à eux de choisir le pardon de Dieu et son amour. Ils seront là pour eux à travers Jésus, son divin fils.
C'est leur cœur qui conduira les hommes à trouver les vraies réponses aux péchés qu'ils commettent. S'ils sont capables de laisser percer leurs vrais sentiments à travers la carapace qui recouvre leurs cœurs et leurs âmes, ils en viendront à discerner le bien du mal. On verra l'homme vrai apparaître au fur et à mesure que les couches de cette carapace se détacheront. C'est à l'homme de les enlever avec l'aide de l'amour de Jésus. Si l'humanité ne réexamine pas ce qu'elle se fait à elle-même en massacrant les innocents, il lui faudra régler ses comptes et répondre à leurs cris.
Les innocents ne sont pas seulement ceux que l'on tue par le péché atroce de l'avortement, ce sont aussi ceux qui meurent de faim à cause de l'indifférence de l'homme. Ce sont aussi ceux que l'agression humaine tue en toute innocence à l'occasion des guerres, des génocides et sous des régimes répressifs. Chaque fois que meurt un petit à cause des péchés de l'humanité, une autre dette s'accumule qui devra être remboursée. Chaque fois qu'on refuse à un petit l'occasion d'atteindre une pleine vie en Dieu, une âme crie de désespoir et demande à Dieu pourquoi sa propre famille, la famille humaine la refuse. Chaque fois que l'on torture et tue des enfants, les anges demandent avec amour et insistance que cela finisse. Chaque fois qu'on dit d'une nouvelle vie ici-bas qu'elle est inutile, la Mère de Dieu verse des larmes de sang et entoure ces esprits de ses bras pour les réconforter et les emmener chez Dieu, au ciel. L'homme ne le croit pas, mais chaque fois qu'il pèche, il se rapproche de l'enfer. Chaque péché est un pas de plus qui le rapproche des griffes avides du Mauvais, mais l'humanité ferme les yeux.
Encouragée par Satan, elle commet ces actes épouvantables, ces offenses à Dieu et aux esprits célestes. L'humanité embrasse et accueille le péché, elle fait bon accueil au Mauvais ; mais se réjouira-t-elle de payer quand on le lui demandera ? L'humanité pense-t-elle qu'on ne lui demandera pas de regarder ses péchés en face et d'en assumer la responsabilité ? Quelle astuce de la part du Mauvais que de tromper l'homme ainsi et quelle folie de la part de l'homme que de fermer les yeux devant la réalité des choses ! La réalité, c'est que l'humanité se détruit de ses propres mains, par sa participation volontaire aux plans du Malin. Quelle folie de la part de l'homme de penser que le diable n'existe pas, que Satan n'existe pas ! Quel bon tour lui joue le Malin, mais que l'homme est stupide de se laisser maintes et maintes fois duper par lui !
L'humanité aujourd'hui doit se secouer et se dégager de l'asservissement du péché dont elle a elle-même permis l'existence. Elle peut commencer par aimer les enfants et non les mépriser. Elle peut commencer par les sauver et non les tuer, par encourager la vie et non y mettre fin. Elle peut commencer par ôter de ses épaules la croix qu'elle s'est elle-même imposée et se tourner vers Dieu par la prière en demandant pardon et conseil au Seigneur. Elle peut commencer par se tourner vers Jésus et lui prendre la main pour cheminer avec lui sur le sentier de l'amour.


Le Seigneur Jésus, 8 janvier 1995

J'étais suspendu seul à la Croix avec ma Mère à mes pieds qui partageait ma souffrance et ma douleur. Tout au long de ce supplice, j'ai aimé l'homme et je lui ai pardonné. Même quand je me suis senti atteint au plus profond de moi-même par la morsure des coups de fouet, quand les épines ont déchiré ma peau, ma personne. Je lui ai pardonné même quand la Croix m'a mordu les épaules et le cœur, quand les clous ont percé mes mains et mes pieds, mon esprit, quand, suspendu à la Croix, on m'injuriait et que je goûtais l'amertume que l'homme avait à m'offrir. Même quand le coup de lance m'a ouvert le corps dans un acte final de profanation. Même à travers tout cela, je vous ai aimés et je vous ai pardonné. Je n'ai pas cessé d'aimer l'homme et de lui pardonner car je me suis donné et je me donne sur la Croix éternellement, car je vous ai aimé sur la Croix et je vous aime à jamais. J'ai donné et je continue de donner. L'homme aura-t-il le courage maintenant d'accepter ce don ? L'homme aura-t-il l'intelligence de voir ce que je lui offre ? L'homme aura-t-il la force de l'accepter pour être, en échange, avec moi dans l'éternité ?


Le Seigneur Jésus, 9 janvier 1995

Que puis-je faire de plus que de me pencher avec amour sur le monde, que de tendre la main de l'amitié à l'humanité et de lui offrir mon cœur et moi-même ? Permettez-moi d'entrer chez vous, ouvrez-moi la porte et laissez-moi devenir un avec votre âme et votre cœur. Nous pouvons passer l'éternité ensemble avec le Père du ciel. Nous pouvons ensemble nous unir dans un mariage d'amour et ensemble devenir un seul cœur.


Le Seigneur Jésus, 13 janvier 1995

Etre dans les bras de Jésus, être dans l'amour, dans la grâce.
Embrasser la lumière, la joie, embrasser Jésus.
Vivre dans l'amour, dans la grâce, vivre en Jésus.
Devenir lumière, devenir joie, devenir un en Jésus.
Rayonner d'amour, rayonner de grâce, rayonner en Jésus.
Servir dans l'amour, servir dans la joie,
Servir en Jésus.
Aider avec amour, aider avec joie,
Aider grâce à Jésus.
Guider avec amour, guider dans la joie,
Conduire à Jésus, voilà votre travail.


Le Seigneur Jésus, 13 janvier 1995

Une promenade en ma compagnie suffit pour aller au ciel. Les obstacles à surmonter sont nombreux sur le chemin. Mais tout ira bien si vous me prenez la main et si vous me faites confiance. Prenez-moi la main, prenez la main de Jésus, et abandonnez-vous à moi. Prenez-moi la main et croyez en mon chemin. Prenez-moi la main et devenez mon amour.


Le Seigneur Jésus, 17 janvier 1995

Faites appel à mon amour, à ma force, faites appel à moi. J'attends d'aider tous ceux qui le demandent. Faites appel à moi et je serai là.


Le Seigneur Jésus, 17 janvier 1995

A une époque lointaine, un homme est venu. Il a parlé d'amour, de foi, il a parlé de Dieu. En envoyant cet homme, cet amour, le Père s'est envoyé lui-même en cet homme, qui est son Fils Jésus.
Le Fils a rayonné l'amour de Dieu sur tous ceux qui le cherchaient vraiment. Le Fils a témoigné de l'amour de Dieu pour les hommes à tous ceux qui ont bien voulu le voir. Le Fils a parlé de l'amour de Dieu à ceux qui ont bien voulu écouter.
Quel jour magnifique que celui où le Fils a montré ce que pouvait réaliser l'amour de Dieu, ce que l'amour divin ferait pour le salut de l'humanité ! Quel jour magnifique que celui où le Fils est ressuscité pour montrer au monde que la vie éternelle existe bien !
Quel jour merveilleux que celui où le Fils a gravi l'escalier de l'amour qui mène au ciel, montrant ainsi ce qui pouvait appartenir à l'homme s'il vit dans l'amour, l'amour de Dieu et l'amour mutuel.
Quel cadeau d'amour a fait l'Esprit-Saint le jour où il est venu en remplissant les disciples du Messie de la grâce de Dieu ! Quel jour que celui où les dons divins ont embrasé la nouvelle Eglise de Dieu !
En arrivant au ciel, Marie, la Mère de Jésus, a montré que tous peuvent acquérir cette récompense de l'amour divin.
Marie, ma très Sainte Mère, en étant couronnée Reine du ciel, l'a été de toute la création divine, et elle a été élevée à sa vraie place, dans l'amour de Dieu.
L'avenir des hommes apparaît clairement s'ils suivent le chemin de cet homme Jésus qui est Dieu. Jésus le leur a expliqué, le leur a montré et les a conduits. Les hommes n'ont plus qu'à accepter la vérité et suivre le chemin; et la vie éternelle dans la gloire de Dieu leur appartiendra.


Le Seigneur Jésus, 17 janvier 1995

Mieux vaut prier que vivre dans la peur.
Mieux vaut aimer que haïr.
Attendez-vous au combat plutôt qu'à la tranquillité.
Au combat qui surmonte la peur et la haine,
Au moyen de la prière et de l'amour.


Dieu le Père, 18 janvier 1995

Ayez foi en mon Fils, foi en mon Esprit, foi en moi. Voilà ce pourquoi il vous faut toujours prier, car il y aura des moments difficiles où vous ne pourrez compter que sur la foi.


Dieu le Père, 20 janvier 1995

La foi en l'amour sauveur de Jésus vous aidera à tenir jusqu'au bout. La prière dans la grâce salvatrice de Jésus vaincra. La confiance en la miséricorde de Jésus vous mènera au ciel. L'amour de Jésus est une grâce de salut donnée avec miséricorde.


Le Seigneur Jésus, 21 janvier 1995

Tournez-vous vers moi dans les moments difficiles car j'aspire à vous aider. Tournez-vous vers moi quand vous êtes troublés car je vous donne ma paix. Tournez-vous vers moi dans vos moments d'incertitude et je vous fortifierai. Tournez-vous simplement vers moi dans la prière et je serai là.


Le Seigneur Jésus, 21 janvier 1995

L'amour est une rue à double sens. Je vous apporte mon amour et vous m'apportez le vôtre. Et quand nos amours respectifs se rencontrent, ils s'unissent pour devenir un en moi.

 
 
Sacré Coeur - Témoins de l'Amour et de l'Espérance
Tampon date